83-89: Motocross
90-94: Karting
1995: Formule Campus
1996: Championnat de France de Formule Renault, 11e
1997: Championnat de France de Formule Renault, 6e
1998: Championnat de France de Formule 3, 9e
1999: Coupe d’Europe de Formule 3, Pau, 1er 
Championnat de France de Formule 3, 3e
Grand Prix de Corée de Formule 3, 3e
2000: Masters de Zandvoort, Formule 3, 4e
  Championnat du Japon de Formule 3, 5e
2001: Championnat du Japon de Formule 3, 1er (15 victoires en 19 courses)
  Coupe du Monde de Formule 3, 1er
  Grand Prix de Macau de Formule 3, 2
  Grand Prix de Corée de Formule 3, 3e
  Championnat du Japon GT
2002: 24 Heures du Mans (Oreca Chrysler Viper GTS-R), 3e
  GTS Championnat du Japon GT
  Formule Nippon (quelques manches avec Cosmo Oil Cerumo), 14e
2003:  Formule Nippon (Impul), 2e
  Championnat du Japon GT, 7e
2004:  24 Heures du Mans (Pescarolo Sport C60), 4e
  Formule Nippon (Mobilecast Impul), 4e
  Championnat du Japon GT, 11e
2005:  Formule Nippon (Mobilecast Impul), 6e
  Championnat du Japon GT, 11e
2006:  Formule Nippon (Mobilecast Impul), 1er
  Championnat du Japon GT, 8e
2007:  Formule Nippon (Mobilecast Impul), 2e
  24 Heures du Mans (Pescarolo Sport 01), 6e en LMP1
  Championnat du Japon GT, 11e
2008:  Championnat du Japon Super GT (Xanavi Nismo (Nissan) GT-R), 1er
  24 Heures du Mans (Pescarolo Sport 01), 7e
  Formule Nippon (Lawson Impul), 8e
2009:  Formule Nippon (Lawson Impul), 2e
  Championnat du Japon Super GT (Xanavi Nismo (Nissan) GT-R), 4e
  24 Heures du Mans (Pescarolo Sport Peugeot 908 HDI FAP), abandon
2010:  24 Heures du Mans (Audi R15 TDI), 2e
  Championnat du Japon Super GT, 7e
2011:  24 Heures du Mans (Audi R18 TDI), 1er
  Championnat du Japon Super GT (Xanavi Nismo (Nissan) GT-R), 2e
2012:  24 Heures du Mans (Audi R18 e-tron quattro), 1er
  Championnat du Monde d’Endurance FIA (Audi R18 e-tron quattro), 1er
2013:  1st, 12 Heures de Sebring (Audi R18 e-tron quattro), 1er
  Championnat du Monde d’Endurance FIA (Audi R18 e-tron quattro), 2e
  24 Heures du Mans (Audi R18 e-tron quattro), 5e
2014:  24 Heures du Mans (Audi R18 e-tron quattro), 1er
  Championnat du Monde d’Endurance FIA (Audi R18 e-tron quattro), 2e
  24 Heures de Spa (Audi R18 LMS ultra)
2015:  24 Heures du Mans (Audi R18 e-tron quattro), 3e
  Championnat du Monde d’Endurance FIA (Audi R18 e-tron quattro), 2e
2016:  DSQ, 6 Heures de Silverstone (Audi R18 e-tron quattro)
  5e, 6 Heures de Spa (Audi R18 e-tron quattro)
  4e, 24 Heures du Mans (Audi R18 e-tron quattro)

Sa vie

Date de naissance : 7 décembre 1976 Lieu de naissance : Alençon, France

Lieu de résidence : Gordes, France

État civil : marié à Mélanie, un fils (Jules)

Taille/poids : 1.78m/68kg

Participations au Mans : 10 (3 victoires)

Hobbies : Motocross, vélo tout terrain

Ses exploits

Triple vainqueur des 24 Heures du Mans (2011/12/14) Champion du Monde d’Endurance FIA (2012) Champion Super GT Japon (2008) Champion Formule Nippon (2006) Champion Formule 3 Japon (2001)

Benoît, l’essentiel

Depuis qu’il a débuté sa carrière en 1990, Benoît Tréluyer est devenu l’un des pilotes de sport-prototype les plus rapides, fiables, dévoués et convoités. Aujourd’hui, il est bien connu pour faire partie de l’équipage Audi – incluant André Lotterer et Marcel Fässler, Champion du Monde d’Endurance FIA. Le trio qui est uni par les liens d’une solide amitié en dehors des circuits, a aussi remporté trois des quatre dernières éditions de la plus grande des courses automobiles – les 24 Heures du Mans. Mais pour atteindre le plus haut niveau des courses de Sport-Prototypes, il n’est pas peu de dire que Benoît dut emprunter des chemins bien peu conventionnels. En 2000, il prit ainsi la courageuse décision de s’expatrier au Japon où, en dépit des différences culturelles et de la barrière de langue, il ne tarda pas à connaître le succès. Ainsi, le Français allait remporter le titre dans chacune des trois catégories visitées au cours des dix années qu’allait durer sa carrière au Pays du Soleil Levant. Benoît reste éminemment populaire au Japon, et possède une affinité certaine avec le pays et ses habitants. Malgré tout, fin 2011, avec un nouveau championnat du monde à conquérir en tant que membre de l’équipe Audi alignée en WEC, il prenait cette fois la difficile décision du retour dans sa France natale. Alors que sa vitesse et son dévouement furent aussitôt une évidence pour tous les observateurs japonais, il fallut à Benoît plusieurs années pour faire reconnaître son talent en Europe. Après plusieurs participations au Mans – une épreuve proche de son cœur – Benoît signait pour la vénérable écurie Audi de sport-prototype en 2010. Depuis, il a remporté trois victoires et signé une deuxième place dans le plus célèbre « double tour d’horloge » du sport automobile, et a été couronné Champion du Monde.