A fond farewell

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

FIA WEC, round 8 | 6 Hours of Sao Paulo“A

An unpredictable and hotly contested 2014 FIA World Endurance Championship concluded on an emotional note last weekend when Audi Sport legend Tom Kristensen bowed out of professional motor racing at the 6 Hours of Sao Paulo (November 30).

While the Dane secured a podium in Brazil his team-mates Benoît Tréluyer, Marcel Fässler and André Lotterer ended the season as runners-up in the standings, but the highlight of their campaign undoubtedly came with a third outright win at the Le Mans 24 Hours.

The finale at Interlagos felt like the season in a nutshell with thrills, drama, on-track battles and high emotions in abundance. The concluding event also marked the farewell race for Kristensen, whose name will forever remain associated with Audi, prototype racing and of course Le Mans.

“This was always going to be a pretty emotional weekend, but we all stayed in good spirits,” declared Benoît. “We made sure to pull all the pranks and jokes we could think of so that Tom will remember us the right way! We also spent a lot of time with him, the mechanics and Allan [McNish]. His retirement definitely brings an important chapter to a close.

“The transition of that crew has been smooth, beginning with Dindo Capello signing off in 2012, then Allan last year, and finally ‘Mr. Le Mans’ himself at the weekend. I am really happy to see him leave on a high, clinching yet another podium. Tom taught us so many things and will always be a role model.

“He is not leaving the team though, so we can still benefit from his wealth of experience next year. This will be especially true when it comes to fitness because he’s definitely the benchmark in that field. I think I’ll remember Tom’s final briefing for a long time. He insisted on attending in order to find new solutions, improve the car, and work hard ahead of 2015. He delivered as if this was just another race and did his job with typically high standards. What a professional! Allan wanted to be here as well, which just shows how important the bonds are within the Audi family. We draw our strength from these strong connections.”

The Brazilian fans were given a sense of the hard work that these powerful links foster throughout the event. Benoît was on the back foot from the outset when the #2 car lost power, dropping it down the order. The Frenchman tried to maintain the racing line while avoiding his oncoming rivals, but unfortunately an LMP2 car made contact.

“I stopped on the edge of the track shortly after and had to perform a system reset to get going again,” he explained later. “After that I had the bit between my teeth and began storming back through the field. I lost some time in traffic but I could match the leaders’ pace when I was running in clean air. Marcel then took over at the wheel and covered a pair of excellent stints. André followed suit, setting the fastest time in the process. Despite our initial setback, we were still pretty much fighting for a podium finish. Unfortunately, during my next stint one of the GT Ferraris did not see me while I was overtaking, and the ensuing contact removed an aero part from our R18. From then on things were a little more difficult.”

The #2 crew eventually crossed the line in fifth place, but the 2012 title-winning trio were nevertheless happy to have secured second in the drivers’ standings.

“It’s been a rollercoaster year. There have been tremendous highs such as our third Le Mans victory, which was our main goal pre-season, and the COTA win, but there have also been lows like the Silverstone DNF or the final rounds where we did not have enough pace,” reflected Tréluyer, who was also keen to highlight the incredible team spirit within the Audi group.

“We felt a bit more at ease this weekend as we could carry more speed through the corners while not using too much energy on the exits,” he continued. “Since our chassis is terrific, we’re always right on the money when we manage to find grip.”

Before beginning preparations for 2015, the Le Mans-winning trio will take part in another championship – albeit a far less stressful one – when they begin their end-of-season-ceremonies tour!

“They keep coming one after another!” explained the Frenchman, who will attend several traditional black tie events this winter. With these commitments complete, Benoît will travel to the Les Deux Alpes ski resort to apply the finishing touches to a personal project that has been close to his heart for several years. Finally, he and wife Mélanie have made it a reality.

“We have arranged a 1290ft², two-apartment chalet with a training room that meets the demands of any racing driver or top athlete,” he explained. “The idea struck me because I had been looking for a place that would be functional and welcoming, comfortable but not luxurious. This training centre ideally suited to the needs of endurance racing teams as it can accommodate their three drivers. There will be a professional trainer on-site, but athletes can come with their own coaches as well. In fact, I have already received many requests from outside the motor racing world, including tennis players and professional cyclists.”

The curtain has fallen on a thrilling and emotional 2014 campaign that has seen the FIA World Endurance Championship extend its scope and significance. Next season will begin with the launch of Benoît and Mélanie’s training centre, a promising start to what should be another exciting season of racing.

“Until then,” concluded Benoît, “Merry Christmas and a Happy New Year to everyone!”

FIA WEC, manche 8 | 6 Heures de São Paulo

Sous le signe de l’émotion !

Imprévisible et très disputé, le Championnat du Monde d’Endurance FIA s’est achevé le week-end dernier à São Paulo (28-30 novembre) sur une dernière image forte : celle du départ à la retraite de Tom Kristensen. Pour les vice-champions 2014, Benoît Tréluyer et ses coéquipiers chez Audi Sport, Marcel Fässler et André Lotterer, la saison aura surtout été marquée par leur troisième victoire aux 24 Heures du Mans.

Suspense, rebondissements, batailles en piste, la manche finale du WEC – les 6 Heures de São Paulo – aura parfaitement résumé l’exercice 2014, et offert des émotions à la pelle. Ce dernier rendez-vous du calendrier n’appartenait toutefois qu’à un seul homme : Tom Kristensen, dont le nom restera pour toujours lié à Audi Sport, au Sport-Prototypes, et bien sûr au double tour d’horloge sarthois.

« Ce week-end allait forcément être emprunt d’une grande émotion, mais la bonne humeur a prévalu, note Benoît. Nous nous sommes arrangés pour lui faire toutes les blagues possibles et imaginables afin qu’il se souvienne de nous. Nous avons également passé beaucoup de temps tous ensemble, avec les mécanos, Allan [McNish], et Tom bien sûr. Son départ marque la fin d’un chapitre incroyable : c’est une page qui se tourne.

La transition ne s’est pas révélée brutale. Au contraire, elle s’est étalée sur trois années avec d’abord la retraite de Rinaldo « Dindo » Capello, puis le départ d’Allan, et maintenant celui de Tom, « Mister Le Mans » !

Je suis ravi de le voir tirer sa révérence sur une dernière belle performance, un dernier podium mondial. Tom nous a appris tellement de choses, et il restera pour nous l’exemple à suivre. Il ne quitte pas l’écurie, et nous bénéficierons toujours de ses conseils l’an prochain, surtout sur le plan physique car il demeure imbattable dans ce domaine.

Je crois que je me souviendrai encore longtemps du dernier briefing de la saison. Tom a tenu à y participer pour tenter de trouver des solutions, améliorer la voiture, et travailler en vue de 2015. Il a rempli son rôle avec la même ferveur, comme si de rien n’était. Un grand bonhomme assurément ! Par ailleurs, Allan avait souhaité se rendre à Interlagos. Ceci démontre une nouvelle fois à quel point Audi est une famille. C’est véritablement en elle que l’équipe puise sa force. »

Une force dont les passionnés brésiliens ont pu mesurer l’ampleur tout au long de l’épreuve. Tréluyer s’est retrouvé sans puissance au départ, et rapidement fait déborder de toute part. Le Français a conservé sa trajectoire tout en essayant de se faire le plus petit possible. Malheureusement, une LMP2 est venue percuter l’Audi R18 e-tron quattro n°2.

« Je me suis arrêté au bord de la piste un peu plus loin pour procéder à une remise en marche complète de la voiture, souffle Benoît. Je suis ensuite reparti le couteau entre les dents, et ai commencé à remonter tout le peloton. Certes, j’ai perdu du temps dans le trafic, mais lorsque la piste était libre, j’affichais le même rythme que celui des hommes de tête.

Marcel [Fässler] m’a remplacé pour couvrir deux excellents relais. André [Lotterer] a poursuivi ce très bon travail et signé au passage le meilleur tour en course. Malgré notre revers initial, nous jouions une place sur le podium. Hélas, lors de mon second passage au volant, une Ferrari GT ne m’a pas vu alors que j’étais en train de la dépasser. Le léger contact m’a fait perdre un élément aéro. Après cet incident, la course s’est révélée plus délicate… »

L’équipage de la n°2 a finalement coupé la ligne en cinquième position, mais peut se satisfaire d’avoir défendu sa place de dauphin au classement « Pilotes ». Sacré en 2012, le trio Tréluyer-Fässler-Lotterer obtient ainsi le titre honorifique de « vice-champion » 2014.

« Une saison un peu en dents de scie avec des hauts comme la victoire au Mans – notre objectif principal – et le succès à Austin, et des bas comme l’abandon à Silverstone et la fin de championnat où nous nous sommes retrouvés légèrement à court de performance », décrit Benoît en soulignant l’incroyable ambiance qui a toujours dominé dans le groupe.

« Ce week-end, poursuit-il, nous étions dans une position sensiblement plus confortable puisque l’on pouvait conserver de la vitesse dans les courbes sans devoir utiliser trop d’énergie en sortie de virage. Comme la voiture dispose d’un excellent châssis, nous nous montrons particulièrement compétitifs lorsque le « grip » est au rendez-vous. »

Avant de se tourner vers 2015, les derniers vainqueurs des 24 Heures du Mans vont disputer un tout autre championnat : celui moins éprouvant mais tout aussi intense des traditionnelles cérémonies de fin d’année.

« Elles s’enchaînent à un rythme effréné », sourit le natif d’Alençon qui va devoir se plier au rituel du « smoking et nœud papillon » à maintes reprises. Une fois les agapes terminées, Benoît se rendra dans la station des « Deux Alpes » pour parachever un projet qui lui tient à cœur depuis quelques années et qu’il est parvenu à concrétiser cette saison avec son épouse Mélanie.

« Nous avons complètement réaménagé un chalet qui comprend maintenant deux appartements et une salle de sport de 120 mètres carrés répondant aux besoins spécifiques d’un pilote automobile ou d’un sportif de haut niveau. L’idée m’est venue après avoir longtemps cherché ce type d’endroit fonctionnel mais chaleureux, confortable sans être luxueux. Un « centre d’entraînement » idéal pour les équipes d’endurance puisqu’elles peuvent y accommoder leurs trois pilotes. Un entraîneur sera présent et à disposition sur place, mais les athlètes peuvent tout à fait venir accompagnés de leur coach personnel. Cyclistes, joueurs de tennis, j’ai en outre déjà reçu de nombreuses demandes en dehors du sport auto. »

Alors que le rideau tombe sur une saison 2014 riche en émotions, force est de constater que le Championnat du Monde d’Endurance FIA continue de déployer ses ailes pour devenir l’un des rendez-vous phare du calendrier automobile. L’année 2015, quant à elle, s’ouvrira avec l’inauguration du « centre d’entraînement » cher au cœur de Benoît et Mélanie, et sur la perspective de nouvelles performances étincelantes.

« D’ici-là, conclut Benoît, je vous souhaite à toutes et à tous de passer d’excellentes Fêtes, un Joyeux Noël et une Bonne Année ! »

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.