‘Break the spell’

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

6 Hours of Circuit of The Americas (WEC, Round 5)

WEC 6 Hours of Silverstone 2015

Benoit Tréluyer and his #7 Audi R18 e-tron quattro co-drivers secured a fifth consecutive FIA World Endurance Championship podium of the season by finishing second in the Texan desert on Saturday (September 19). The points-leading trio must now halt the #17 Porsche’s winning streak next time out at Fuji in order to maintain its title challenge.

10 points now separate Tréluyer and crew-mates Marcel Fässler and André Lotterer from the Porsche spearheaded by ex-grand prix star Mark Webber. The anticipated fight back from the 2015 championship leaders didn’t materialise in Austin where Porsche cut to the chase by employing its full eight megajoules of recovered energy while the #7 crew were forced to miss opening free practice.

“It was a slightly difficult weekend,” says Benoit. “We were only able to complete four laps during the first session, which delayed us in terms of set-up. As a result, we were unable to eradicate some of the car’s understeer. It got slightly better during the race, but in qualifying it was difficult.”

Determined to retain their points’ advantage in the Wild West, the trio went for a different strategy and started the race with harder compound tyres.

“We took a risk that paid off, but we did have some trouble with a wheel during a pit-stop and lost some time,” confirms the frustrated Frenchman. “I then lost precious seconds when I found myself stuck behind a slow-running car. We were under yellow flags and I could not overtake… I lost between six and 10 seconds per lap for four laps compared to the leading Porsche, which is quite a lot!”

Lady luck ultimately delivered for Ben and his team-mates, though, when the #17 Porsche was hit by a one-minute penalty after overshooting its pit-box during a stop, while the #18 sister car suffered an electrical problem.

“Everyone had small issues,” adds the Normandy-born driver. “On our side, thanks to the incredible work of the mechanics and engineers over the entire weekend, we finished second and minimised our points’ loss.

“There are some upgrades planned for the next race but we will need to find a solution to avoid losing five seconds to the Porsche during each pit-stop! What’s certain is that we will keep pushing non-stop!

“We have a fantastic chassis, which will help us offset Porsche’s eight-megajoule hybrid system. Our best race lap is only one tenth shy of the fastest Porsche when there is no traffic. However, at the same time we struggle more when in amongst traffic because we have less of a boost with our hybrid system.

“Fuji’s (9-11 October) layout will be more favourable for us than Austin as we’ll be able to exploit the Audi R18 e-tron quattro’s stronger characteristics, such as its excellent aerodynamics,” enthuses the 2012 World Champion. “If we manage to find good mechanical grip in the last sector we will be impressively quick.

“Japan is a special place for both myself and Andre but neither of us has ever won an FIA WEC round at Fuji before, so we’re itching to get back there. It’s definitely a circuit where we would like to return to our usual form by scoring a great victory.”

They’ll certainly need it to solidify their championship charge and break the spell of bad luck!

6 Heures du Circuit des Amériques (WEC/Manche 5)

WEC 6 Hours of Silverstone 2015

Cinquième podium consécutif en championnat du monde d’Endurance FIA cette saison pour Benoît Tréluyer et ses équipiers de l’Audi R18 e-tron quattro n°7 qui, dans la fournaise texane, ont terminé deuxièmes des 6 Heures du Circuit des Amériques samedi dernier (19 septembre). Toujours leaders du classement Pilotes, le trio doit maintenant interrompre la série victorieuse de la Porsche n°17 pour préserver ses chances de titre. Dès Fuji.

Dix points, c’est désormais l’écart qui sépare Tréluyer et ses complices Audi Sport, Marcel Fässler et André Lotterer, de leurs rivaux emmenés par l’ex-star des Grands Prix Mark Webber. À Austin, le règlement de compte tant attendu entre les grands héros du FIA WEC 2015 n’a pas eu lieu, Porsche faisant parler d’entrée ses huit mégajoules de puissance alors qu’Audi devait composer avec une séance d’essais libres perdue le premier jour.

« Un week-end un peu difficile, souffle Benoît. Nous avons pu couvrir seulement quatre tours lors de la session d’ouverture, et cela nous a mis en retard au niveau des réglages. Concrètement, nous ne sommes pas parvenus à nous débarrasser d’un vilain sous-virage. La situation s’est un peu arrangée en course, mais en qualifications c’était compliqué… »

Bien décidés à réussir leur « hold-up » de points coûte que coûte, les trois compères optaient alors pour une stratégie différente, avec un début de course en gommes plus dures.

« Une prise de risque payante, sauf que nous avons connu un petit souci avec une roue lors d’un changement de pneus et perdu un peu de temps, regrette le Français. J’ai encore lâché un paquet de secondes quand je me suis retrouvé derrière une voiture très lente. Nous étions sous drapeaux jaunes et je ne pouvais pas doubler… J’ai perdu entre six et 10 secondes par tour sur la Porsche de tête pendant quatre boucles. Ça fait beaucoup ! »

La chance, toutefois, finissait par tourner pour la « bande à Ben » lorsque la n°17 écopait d’une minute de pénalité pour avoir dépassé son stand lors d’un ravitaillement, alors que la voiture sœur n°18 était victime d’un souci électrique.

« Tout le monde a eu ses petits problèmes, note encore le Normand. De notre côté, grâce au travail incroyable des mécanos et des ingénieurs durant tout le week-end, nous limitons une nouvelle fois la perte de points en finissant à la deuxième place. Des évolutions sont prévues pour la prochaine course, mais il va falloir trouver la solution pour ne plus rendre cinq secondes aux Porsche à chaque ravitaillement !

Nous n’allons rien lâcher, c’est certain ! Nous pouvons nous en sortir avec nos quatre mégajoules – par rapport au huit de la concurrence – car nous disposons d’un super châssis ! Quand la piste est libre, notre meilleur tour en course n’est qu’à un dixième de la plus rapide des Porsche. Par contre, comme nous avons moins de boost hybride, nous galérons plus dans le trafic… »

Sur ce plan, le circuit de Fuji, qui accueillera la sixième manche du FIA WEC 2015 le mois prochain (9-11 octobre), sera plus favorable que celui du Grand Prix des États-Unis. Sur le tracé japonais, l’Audi R18 e-tron quattro aura d’autres arguments à faire valoir…

« Comme sa très bonne aéro, sourit malicieusement le champion du monde 2012. Si nous parvenons à obtenir un bon grip mécanique dans le dernier secteur, nous serons redoutables.

Le Japon occupe une place particulière dans le parcours d’André et moi, mais aucun de nous deux n’a encore remporté de victoire en WEC à Fuji. C’est donc avec impatience que nous y retournons, mais aussi la volonté de revenir aux affaires en frappant un grand coup. »

Il le faut pour le championnat… et vaincre le signe indien !

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.