Fired up for WEC

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

6 Hours of Silverstone (WEC/Round 1)

Fired up for WEC

Benoît Tréluyer and Audi Sport’s 2015 World Endurance Championship campaign kicks off at this weekend’s 6 Hours of Silverstone (April 10-12).

Hopeful a fourth Le Mans 24 Hours win as well as his second WEC title alongside regular crew-mates and close friends Marcel Fässler and André Lotterer, Benoît’s expectations echo the Ingolstadt-based manufacturer’s confidence in the new R18 e-tron quattro.

Tréluyer faces the new season in peak physical condition after working hard over the winter break, focused on achieving his and Audi’s goals in 2015 and appreciative of the German giant’s commendable work in preparation for the championship opener.

“We’ve taken a massive step forward since the end of last season,” declared Tréluyer. “Audi has done an amazing job with the engine, aerodynamics and mechanical grip. The horsepower of our V6 TDI 4.0-litre engine has been boosted to 558bhp and we’ve moved up to the 4MJ hybrid sub-class, which should yield more substantial gains. The R18 e-tron quattro itself is completely different to last year’s model, with only the monocoque remaining unchanged.

“Audi’s history shows that the team always makes the biggest strides when they fine-tune one of their existing models. It’s amazing how they come up with such significant upgrades year in, year out. For example, they’ve done a lot of work to the car’s front end and wing, which automatically affects the rear as well. During the Prologue at Paul Ricard, I could physically feel all the improvements to the aerodynamics. I had a blast in the car; even though I’m quite familiar with the track, it was like a whole new experience behind the wheel, particularly round the corners in the first sector!”

Benoît remained fairly tight-lipped about his efforts over the past few months, perhaps out of superstition or to avoid over-confidence. “I don’t think we’ve ever been so well-prepared at the start of the season,” he said. “Marcel, André and I are in peak physical condition – in fact, this is the first time I haven’t put on any weight over the winter! We’re all pleased with how things have gone during testing so far, and feel really positive about the car.”

Although the triple Le Mans winners and 2012 WEC champions are primed to take on this year’s fight, they are equally mindful that it’s going to be the toughest challenge so far.

“The WEC has grown into an extremely competitive series,” admitted Tréluyer. “While a good result at the Le Mans 24 Hours remains our main target this season, we’re also focused on the championship. The prominence of the series has steadily risen over the past three years and I think 2015 could well be the year that WEC cements its status as a major world championship.

“It’s got all the right ingredients and if the season delivers, it will step up and secure its future. You can feel the buzz and enthusiasm around the WEC, which is a real breath of fresh air. Fans were interested last year, but now they want on-track battles and close racing. With three manufacturers fighting for the title and a fourth one about to join the fray, it’s going to be a pretty spectacular show. This championship really gets me fired up!”

For Benoît and his Audi Sport crew-mates, the British round will be a real measure of the progress that’s been made over the last 12 months.

“We’re fortunate that aerodynamics play a significant role at Silverstone,” he suggested. “The only unknown is the track surface. We struggled over the bumpy parts of the circuit last year, especially at Becketts. While this aspect has definitely improved, the question remains: is it enough? Unlike F1, there aren’t 19 or 20 races so every round counts in WEC. Silverstone was our downfall in 2014 because we didn’t score any points, so this year’s season opener is critical to our title hopes.”

6 Hours of Silverstone schedule: 

Friday 10 April
Free Practice 1: 11:55
Free Practice 2: 15:55

Saturday 11 April
Free Practice 3: 09:00
Qualifying LMGTE: 12:00
Qualifying LMP: 12:30

Sunday 12 April
Race: 12:00

Benoît at Silverstone
2014: Fässler/Lotterer/Tréluyer (Audi R18 e-tron quatto) DNF
2013: Fässler/Lotterer/Tréluyer (Audi R18 e-tron quatto) 2nd
2012: Fässler/Lotterer/Tréluyer (Audi R18 e-tron quatto) 1st

 

6 Heures de Silverstone (WEC/Manche 1)

Pause fraîcheur !

Ce week-end (10-12 avril) à Silverstone, en Grande-Bretagne, Audi Sport lance sa campagne mondiale 2015. Avec ses équipiers et amis Marcel Fässler et André Lotterer, le Français Benoît Tréluyer vise une quatrième victoire aux 24 Heures du Mans et un deuxième titre de champion du monde d’Endurance (WEC). Si les objectifs sont élevés, ils répondent aux espoirs placés dans la nouvelle R18 e-tron quattro du constructeur d’Ingolstadt…

« Affûté », « déterminé » et « admiratif » sont les trois adjectifs qui dépeignent sans doute le mieux Benoît Tréluyer à la veille de la première manche du Championnat du Monde d’Endurance 2015. « Affûté » car il ne s’est sans doute jamais aussi bien préparé physiquement que durant l’intersaison qui s’achève ; « déterminé » car il est conscient des enjeux que représente cet exercice 2015 pour Audi et le WEC ; « admiratif » car il a pu mesurer le travail effectué par la firme allemande au cours de l’hiver.

« Un sacré palier a été franchi depuis la conclusion du championnat 2014, annonce Benoît sans préambule. Un travail exceptionnel a été fourni par Audi, tant au niveau du groupe propulseur qu’en matière de grip aérodynamique et mécanique. Le V6 TDI de 4 litres de cylindrée a vu sa puissance portée à 558 cv alors qu’en termes d’énergie électrique nous évoluons désormais dans la classe d’ERS 4 MJ avec un autre gain substantiel à la clé. En ce qui concerne la R18 e-tron quattro, hormis la coque qui est identique, elle n’a plus grand-chose à voir avec la voiture de 2014.

Si l’on regarde l’histoire d’Audi, on peut constater que l’écurie a toujours accompli ses plus grandes avancées en faisant évoluer un modèle existant. Je suis admiratif de la manière dont ils parviennent chaque année à trouver un gain énorme. Cette fois, un gros travail a par exemple été effectué sur le capot et l’aileron avant, et comme l’avant dicte l’arrière… Lors du Prologue qui s’est tenu au Paul Ricard, j’ai pu ressentir physiquement tout ce travail sur l’aéro. J’ai vraiment pris mon pied dans la voiture et expérimenté des sensations nouvelles sur cette piste que je connais pourtant bien. Tous les virages du secteur 1, c’était juste de la folie… »

Par superstition ou crainte d’apparaître trop confiant, c’est à demi-mot seulement que le Français consent à juger les derniers mois écoulés. « Je crois que nous n’avons jamais débuté une saison aussi bien préparés, finit par lâcher Tréluyer. Avec Marcel et André, nous sommes au top physiquement. À titre personnel, c’est la première fois que je ne prends pas de poids durant l’hiver ! Nous avons le même bon feeling avec la voiture et sommes tous les trois satisfaits de la manière dont se sont déroulés les essais effectués jusqu’à présent. »

Si l’équipage déjà triple vainqueur des 24 Heures du Mans et champion du monde 2012 se sait prêt au combat, il se dit aussi un peu méfiant car la concurrence n’a jamais été aussi musclée.

« Le WEC propose un programme et un plateau très relevés, se réjouit le natif d’Alençon. Même si les 24 Heures restent le gros objectif de la saison, nous sommes également concentrés sur le championnat. Depuis trois ans, il ne cesse de monter en puissance, et j’ai l’impression que l’exercice 2015 peut être celui qui va entériner son statut de compétition majeure du sport automobile mondial. 

Tous les ingrédients sont réunis et si la saison tient ses promesses, le WEC va passer un nouveau cap et définitivement pérenniser son avenir. On voit qu’il se passe quelque chose autour de ce championnat, qui suscite la curiosité et apporte une certaine bouffée de fraîcheur. L’an passé, les fans ont été séduits. Cette année ils veulent être convaincus. Il va falloir de la bagarre, de belles courses, mais je ne suis pas inquiet pour la qualité du show. Avec trois grands constructeurs prêts à en découdre et un quatrième présent pour faire ses classes, le résultat va être grandiose. Le WEC donne envie ! »

Pour Benoît et ses acolytes d’Audi Sport, la première mission en terre anglaise servira à mesurer les progrès accomplis depuis la saison dernière.

« Silverstone réclame beaucoup d’aéro et nous devrions être bien, estime Benoît. Le seul petit point d’interrogation concerne le revêtement parfois bosselé du tracé – notamment à « Becketts » – qui nous a posé quelques problèmes l’an passé. Nous avons progressé dans ce domaine, mais sera-ce suffisant ? Silverstone, c’est également là que nous avons perdu le championnat l’an passé en repartant avec zéro point… En WEC, il n’y a pas 19 ou 20 manches comme en F1. Il faut marquer à chaque fois. C’est donc un week-end important à plus d’un titre qui nous attend ! »

Programme des 6 Heures de Silverstone*

Vendredi 10 avril :
Essais libres 1 : 11h55
Essais libres 2 : 15h55

Samedi 11 avril :
Essais libres 3 : 09h00
Qualifications LMGTE : 12h00
Qualifications LMP : 12h30

Dimanche 12 avril :
Course : 12h00

*Horaires donnés en heure locale

Benoît à Silverstone
2014 : Fässler/Lotterer/Tréluyer (Audi R18 e-tron quatto) DNF
2013 : Fässler/Lotterer/Tréluyer (Audi R18 e-tron quatto) 2ème
2012 : Fässler/Lotterer/Tréluyer (Audi R18 e-tron quatto) 1er

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.