‘Fired up!’

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

[:en]

6 Hours of Silverstone (WEC, Round 1)

Benoit Treluyer and his Audi Sport team-mates Marcel Fassler and Andre Lotterer found the answers they were looking for at last weekend’s 6 Hours of Silverstone, the opening round of the 2016 FIA World Endurance Championship, where their strong showing laid a very promising foundation for the upcoming campaign.

As Benoit looked back on his performance at the Home of British Motorsport, there wasn’t any bitterness in his voice, only satisfaction and determination. Of course, Treluyer felt slightly disappointed when he heard about the post-race exclusion, but he was already looking ahead to the future.

“Regardless of what happened, Silverstone will remain a very good weekend for us,” Benoit said proudly. “We weren’t worried ahead of the first round, but we didn’t really know how we’d stack up against Porsche – we thought they’d be a bit quicker.

“We didn’t do great in wet conditions during practice and we hadn’t specifically set up the car for this kind of weather. So in qualifying we just went for it, and Andre and Marcel claimed pole ahead of the sister #8 Audi R18 of Duval, Di Grassi and Jarvis!”

Simply reminiscing about that all-Audi front row brought a joyful smile to Benoit’s face, but that was just the beginning.

“Andre pulled away as soon as Sunday’s race got underway,” the 2012 world champion continued. “We then slipped back behind but that was only due to differences in tyre strategy and a slightly lengthy first pit stop. After taking over from Andre my stints were pretty solid and the tyre changes got better and better as the race unfolded. The mechanics just keep progressing; a lot of the guys are still young but their work is first class, so hats off to them!

“I hadn’t driven that much before my first spell behind the wheel, so I needed to mark my on-track reference points. I made a slight mistake by entering a corner too fast. I spun and lost a bit of time there as a result, but I managed to get going again and climbed back through the order. Then came the full course yellow after the #1 Porsche’s accident.

“Tyre pressures dropped quite a lot at that point, so once the race resumed I really had to push to take the lead and try to open a gap to the #2 Porsche.”

At that time, though, all Benoit focused on was bringing the car home to take the chequered flag and enjoy the podium ceremony. The post-race exclusion announcement came later, and whilst there was disappointment among the team satisfaction clearly won them over.

“We’re all very happy to have pushed and all the while staying clear of the numerous pitfalls. Regardless of what happened after the race, it’s a great way to kick-start our campaign,” Benoit insisted. “I may be leaving Silverstone without any points, but I’ll remember feeling all the emotions I always seek in any race weekend. I’m also confident that the season is going to be great; we were quick right off the bat, with a brand new car that we’re not 100% familiar with yet, and which still has a lot of room for improvement.

“What’s more, we’ve worried people at Porsche. They knew we would be competitive at some point during the season, but perhaps they didn’t expect it to happen so soon! And it was such a pleasure to drive a car with plenty of mechanical grip and much improved aerodynamics. And let’s not forget our hybrid system, which already works very well. In short, when everything is at 100% our Audi R18 will be pretty mighty!”

Benoit and his friends have already set their sights on the WEC 6 Hours of Spa-Francorchamps, which takes place on May 5-7. Revenge will certainly be on the cards for the triple Le Mans winners at round two of the FIA WEC.

[:fr]

6 Heures de Silverstone (FIA WEC|Manche 1)

Benoît Tréluyer et ses équipiers Audi Sport, Marcel Fässler et André Lotterer, ont obtenu les réponses qu’ils étaient venus chercher aux 6 Heures de Silverstone ! Le niveau de performance du trio de l’Audi R18 n°7 en terres anglaises est annonciateur d’une saison plus que prometteuse en championnat du monde d’Endurance FIA.

Au moment d’évoquer la première épreuve de la saison 2016, pas d’amertume dans les propos de Benoît, juste de la satisfaction et de la détermination. Bien sûr, il y a eu un peu de déception quand le pilote français a appris que sa voiture était déclassée, mais il préfère regarder plus loin.

« Indépendamment des événements d’après-course, Silverstone restera un très bon week-end pour nous, annonce-t-il fièrement. Sans être inquiets, nous ne savions pas trop où nous situer par rapport à Porsche. Nous les imaginions un peu plus rapides. Les premiers essais sur piste mouillée n’ont pas été extraordinaires de notre côté, et nous n’avions pas spécialement réglé l’auto pour ces conditions. Pour les qualifications, on est partis comme cela… et André et Marcel signent la pole, devant la voiture sœur de Duval, Di Grassi, et Jarvis ! »

Repenser à cette première ligne 100% Audi suffit à faire pétiller de bonheur les yeux de Benoit. Et ce n’était qu’un début…

« Le lendemain, André s’est s’échappé en tête dès le départ, poursuit le natif d’Alençon. Seuls les stratégies pneumatiques et un petit peu de temps perdu lors du premier ravitaillement nous ont repoussés derrière. Je prends ensuite la relève et les relais sont bons, avec des changements de pneus de plus en plus efficaces. Quelle progression de la part des mécanos ! Beaucoup sont jeunes, mais leur boulot est juste de première classe. Un grand coup de chapeau à eux !

Pour ma part, comme j’ai très peu roulé avant mon premier passage au volant, je dois prendre mes repères. Je fais une légère erreur en rentrant un peu fort dans un virage : tête-à-queue et perte d’un peu de temps. J’arrive à repartir et remonter au classement, quand survient la neutralisation sous drapeaux jaunes suite à l’accident de la Porsche n°1. À ce moment-là, je perds pas mal de pression dans les pneus et je dois attaquer fort pour me hisser en tête et tenter de distancer la seconde Porsche. »

À cet instant, il est seulement question de drapeau à damier, de victoire et de podium pour Benoît. L’annonce de l’exclusion viendra plus tard. La déception sera certes présente, mais pas autant que la satisfaction.

« Nous sommes tous hyper heureux d’avoir évité les pièges, tout en ayant attaqué : c’est une très belle entrée en matière quoi qu’il en soit, martèle Benoît. Je quitte peut-être le Royaume-Uni sans aucun point, mais avec toutes les émotions après lesquelles je cours lors de tout week-end de course. Je repars aussi avec la certitude que la saison va être géniale.

Nous étions rapides d’emblée avec une voiture toute neuve que nous ne connaissons pas encore complètement, et qui jouit d’une belle marge de progression. De plus, nous sommes parvenus à instiller le doute dans l’esprit des gens de Porsche. Ils savaient que nous allions être dangereux à un moment de la saison, mais peut-être pas aussi rapidement !

On prend un plaisir incroyable dans la voiture avec un grip mécanique qui a beaucoup évolué ; on a encore franchi un palier en matière d’aéro et l’on dispose d’un système hybride qui fonctionne déjà très bien… Bref, quand tout sera à 100%, notre R18 sera redoutable ! »

Benoît et ses camarades ont déjà le regard tourné vers les 6 Heures de Spa-Francorchamps WEC (5-7 mai). Pour les triples vainqueurs des 24 Heures du Mans, la deuxième manche de la saison aura un parfum de revanche ![:]

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.