« Fully recharged for the season ahead! »

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

[:en]_BB50826Benoît Tréluyer a trouvé bien plus que ce qu’il était venu chercher sur le Trophée Andros ! Outre le plaisir pur et sans fard du pilotage qu’il avait un peu oublié, il a aussi découvert une nouvelle famille avec le Belgian Audi Club Team WRT. Alors que son avenir semble se dessiner en GT, c’est un Benoît ressourcé qui va attaquer la saison 2017.
Benoît Tréluyer found much more than what he was looking for in the Andros Trophy! Apart from the pure pleasure of driving, which he had almost forgotten, he also joined a new family, the Belgian Audi Club Team WRT. As his future is leaning more towards GT racing, Benoît heads into the 2017 season fully recharged.

Benoît heaped praise on the Andros Trophy and had a lot to say about his first complete campaign in it. “It went too quickly,” he said, barely catching his breath. “A full season within two months, everything happens so fast that there was barely time to look back on the highs and lows before you were getting ready for the next race, I just loved it.

“The Trophy is well managed and those who don’t follow the series’ gentlemen agreements and tacit rules are not welcome. Max (Mamers) is in charge of everything and is very passionate about taking any necessary actions to improve the spectacle. I like his spirit and dedication. Sometimes, I thought he should take a more pragmatic approach like we do at Audi, but that would remove the charm and character of the series.”

The Andros paddock is like no other, with a friendly atmosphere in which the Frenchman not only received a warm welcome, but also found a new home in WRT.

“Since 2003 I have been working for a manufacturer and driving is part of a bigger job,” he added. “There are countless briefings, debriefings, reports to write and people to inform. There’s a lot of work going on outside the cockpit and we sometimes forget about the real essence of the sport. With WRT, they have managed to reconcile extreme professionalism and complete coolness. The cars are fantastically well prepared and they are always focused on the job at hand. I had a great time at NISMO in Super GT and with Audi in LMP1, but you had that working side which sometimes cancelled out all of the fun. During the Trophy, I only did what I enjoyed doing and because of this experience, I am fully recharged for the season ahead!”

Benoît loved discovering a completely new world, with different rules, tips and techniques, as well as enjoying a great atmosphere and competitive spirit.

“By the end of the season, I would’ve liked to have performed better,” he admitted. “I was quite optimistic at the beginning as I knew I had a large progression margin. Unfortunately, what I did not anticipate is that very experienced drivers are untouchable once they are back up to speed during the first couple of rounds.

“In fact, this year, I needed the opening weekend to adapt and the second to start performing. The standard is very high and if I was able to make the top six, I was still unable to challenge Jean-Baptiste) Dubourg, (Jean-Phillippe) Dayraut, (Olivier) Panis, (Benjamin) Rivière or (Franck) Lagorce. Even if one or two weren’t having a good weekend, there was still at least three that were right up there.

“Nevertheless, with Olivier we secured the Teams’ title for WRT. It was also great to see Nathanaël (Berthon) win the ‘Elite’ class in only his first season and – with Bérénice (Demoustier) – we made a fantastic team and had a really good time!”

There was even more for Benoît to enjoy during the Super Besse final, in which the Audi driver made his debut in the AMV Cup on a KTM bike.

“I did it for fun, but was instantly hooked,” he laughed. “During the first final, I was on the pace without going all out, so I decided to attack a bit more during the Super Finale. However, I got a bit overconfident and lost the front-end. It took time to get the bike up and by the time I restarted I was last, but managed to climb back to 11th.

“I really enjoyed myself and the icing on the cake is that I set competitive lap times. I am extremely happy, as my KTM 350 EXC-F was standard unlike those around me. I just followed the advice given by  ‘4.42’, the race-prep company based in Aix-en-Provence, who sent me the basic suspension settings in order to have a bike with better grip. If I do it again next year, I will try to race-prepare the bike.

“I’d like to give a big thank you to (Kévin) Duvert who fitted my tyres, to the Daberts who fitted the kill switch, and all the other riders, whom I would’ve liked to have spent more time with.”

Next year Benoît may well still get that opportunity, as the ex-bike racer is set to return to the series. For now though, the Andros Trophy is over, so the focus is now on GT racing and potentially some Rallycross.

“I want to continue circuit racing and I would like to share my experience with other drivers,” he explained. “I also want to show that I can do much better than during the 2014 Spa 24 Hours, where I was not happy with my performance. I can be amongst the best in GT, as I was in Japan. Rallycross is also on my radar, but this is not easy as the category is becoming very expensive and it’s not really my background.

“Then there is the 24 Hours of Le Mans, which I should be attending, either as a driver or a spectator, but I’m still unsure. I always follow my heart, if a great opportunity presents itself with an interesting challenge, I will be tempted. At the same time, if there are no good opportunities, I won’t push for it. In fact, this season I am going to be a Jack-of-all-trades. There is work to do with Audi, but I will try plenty of other things.”

Benoît will unveil his 2017 programme at the end of February. Stay tuned.

ENDS.[:fr]_BB50826Benoît Tréluyer a trouvé bien plus que ce qu’il était venu chercher sur le Trophée Andros ! Outre le plaisir pur et sans fard du pilotage qu’il avait un peu oublié, il a aussi découvert une nouvelle famille avec le Belgian Audi Club Team WRT. Alors que son avenir semble se dessiner en GT, c’est un Benoît ressourcé qui va attaquer la saison 2017.

Il parle, beaucoup, sans reprendre son souffle. Benoît Tréluyer est intarissable quand il évoque sa première campagne complète en Trophée Andros.

« C’est passé trop vite, souffle-t-il. Une saison pleine en deux mois, c’est de l’hyper-concentré à tous les niveaux, y compris celui des émotions. J’ai juste adoré. Le Trophée est parfaitement géré, il y a beaucoup de « gentlemen agreement » et celui qui ne se plie pas à ces règles non écrites n’est pas le bienvenu.

Il y a des négociations et, au bout du compte, c’est toujours Max [Mamers] qui règle les conflits. Il est partout, il court partout, c’est impressionnant ! Max gère le Trophée avec son cœur et ça me plait. Parfois, je me suis dit qu’il ferait mieux de procéder comme chez Audi où c’est comme cela et pas autrement, mais ça perdrait certainement de son charme ! »

Outre le paddock de l’Andros, à nul autre pareil et où il a trouvé franche camaraderie, gentilles querelles et chaleur permanente, le pilote d’Alençon a également découvert un nouveau « chez soi » au sein du Team WRT.

« Depuis 2003, je travaille pour un constructeur où le pilotage n’est qu’une partie du job, note-t-il. Il y a beaucoup de briefings, débriefings, rapports à rédiger, personnes à informer : on a pas mal de boulot hors du cockpit et l’on oublie un peu l’essence même du sport.

Chez WRT, ils sont parvenus à concilier professionnalisme extrême et décontraction totale. Les voitures sont hyper bien préparées, mais on ne se prend pas la tête. C’est à échelle humaine. Je me suis régalé chez NISMO en Super GT et bien sûr chez Audi en LMP1, mais il y avait ce côté « boulot » qui prenait parfois le dessus sur le plaisir pur. Sur le Trophée, je n’ai fait que des choses qui me plaisent. Autant dire que je suis regonflé à bloc pour la saison. »

Ce qu’a vécu le Normand, c’est d’abord la découverte d’un monde nouveau, avec ses codes, ses astuces, ses trouvailles, sa bonne humeur, et sa compétition.

« J’aurais aimé faire une meilleure perf’ en fin de saison, indique encore Benoît. J’étais assez optimiste au début car je savais que j’avais une grosse marge de progression. Hélas, ce que je n’avais pas anticipé, c’est que les pilotes avec beaucoup d’expérience sont intouchables après avoir repris leurs marques lors des premières manches.

Il m’aura fallu le premier week-end pour m’adapter et le second pour hausser le rythme. Il faut dire que le niveau est très relevé et si j’ai atteint assez rapidement le Top 6, je n’ai pas pu aller chercher les Dubourg, Dayraut, Panis, Rivière ou autre Lagorce.

Même si l’un ou l’autre n’est pas dans son week-end, il y en a toujours au moins trois qui sont là. Néanmoins, avec Olivier [Panis], nous ramenons le titre Equipes à WRT. Et surtout, avec Nathanaël [Berthon] qui s’impose pour sa première saison en Elite et Bérénice [Demoustier], on a formé une sacrée bande et on s’est vraiment bien marrés ! »

De plaisir et de franches rigolades, il fut encore question lors de la finale à Super Besse, où le pilote Audi fit ses débuts en AMV Cup sur une KTM.

« J’y suis allé pour m’amuser et je me suis pris au jeu, plaisante Tréluyer. Lors de la première finale, j’étais dans le rythme sans aller chercher les appuis ou le goudron, alors je me suis dit que j’allais attaquer un peu plus lors de la Super Finale. Sauf que j’ai commencé à être un peu trop confiant et j’ai perdu l’avant dans une mauvaise ornière. Le temps de relever la moto, je suis reparti dernier pour remonter à la 11ème place.

Je me suis vraiment fait plaisir et, cerise sur le gâteau, avec des temps pas ridicules du tout. Je suis super content car ma KTM 350 EXC-F était de série. J’ai juste suivi les conseils de 4.42, un préparateur d’Aix-en-Provence, qui m’a envoyé les réglages de suspension de base pour avoir une moto tenant un peu mieux la route.

Si je retente l’expérience l’an prochain, j’essaierai de la préparer un peu. En tout cas, un grand merci aux Duvert, qui ont monté les pneus, aux Dabert, qui m’ont installé le coupe-circuit, et à tous les autres motards. J’aurais aimé passer plus de temps avec eux. »

Ce sera certainement pour l’an prochain car l’ancien motard Tréluyer (Benoît a fait ses premières armes en motocross !) a clairement envie de remettre ça. Pour l’heure, maintenant que le Trophée Andros a pris fin, c’est vers le GT et peut-être un peu de Rallycross que se dirige le triple vainqueur des 24 Heures du Mans.

« Je veux continuer à faire du circuit et souhaite faire partager mon expérience à un équipage, explique-t-il. J’ai également envie de montrer que je peux faire bien mieux qu’aux 24 heures de Spa en 2014 où je n’avais pas été content de ma performance.

Je peux être parmi les meilleurs en GT, comme je l’ai été au Japon. Je voudrais également m’essayer au Rallycross mais ce n’est pas simple car la discipline devient très chère et je n’ai pas d’expérience. Mais c’est un truc qui me tient à cœur, et je ne vais pas lâcher.

Et puis, il y a les 24 Heures du Mans auxquelles j’assisterai sans doute, en spectateur ou en pilote, je ne sais toujours pas. Moi, je roule avec le cœur. Si une belle opportunité arrive avec un challenge intéressant, je pourrai me laisser tenter. Par contre, si rien ne se présente, je n’insisterai pas. En fait, cette saison, je vais jouer les « touche-à-tout ». J’ai du boulot avec Audi, mais je vais essayer de faire plein d’autres choses. »

C’est fin février que Benoît sera probablement en mesure de lever le voile sur son programme. On en reparlera à ce moment-là.

FIN[:]

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.