‘It’s still all to play for!’

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

6 Hours of Fuji (WEC, Round 6)

WEC 6 Hours of Silverstone 2015

Benoît Tréluyer and his Audi Sport team-mates Marcel Fässler and André Lotterer might have lost the Drivers’ points lead in the FIA World Endurance Championship following the 6 Hours of Fuji (October 9-11), but they still have their eyes firmly on the prize! Having secured their sixth podium in as many rounds, the three-time Le Mans winners expect the next two races in Shanghai and Bahrain to better suit them and their #7 Audi R18 e-tron quattro.

Benoît was as jubilant as ever upon returning to Japan last weekend after stopping off at Gotemba city to catch up with his beloved fans. “Their loyalty touches me more and more as the years go by,” said the Frenchman when he saw the warm welcome his supporters had prepared. “They’re incredibly passionate and respectful! I really feed on their energy.”

Tréluyer had been looking for a boost to overhaul Porsche at the Fuji International Speedway, which, given the R18 e-tron quattro’s characteristics and technology, never really played to Audi’s strengths.

Nevertheless, the Ingolstadt-designed machine clocked similar lap times to its competitors as early as free practice – an auspicious sign of things to come across the rest of the weekend. The #7 crew performed strongly in qualifying, finishing only three tenths adrift of the second-placed Porsche. Fässler subsequently made the most of their third place grid slot in Sunday’s race by making a blinding start and taking the lead in the process. With Porsche and Audi operating in different performance windows, the R18 e-tron quattro would sometimes prove to be the quicker car on certain parts of the track whilst slightly trailing its rival at others. However, to stay ahead the 2012 world champions had to take chances.

“We were the first to go onto the intermediate tyre,” explained Tréluyer afterwards. “When track conditions improved we were ultimately the first to change to slicks as well. But it was too early to make the switch, which we realised fairly quickly. André [Lotterer] still managed to eke out some strong lap times so we stayed out a bit more, thinking the track would dry faster than it actually did. That was a mistake, so we duly returned to the pits to swap back onto inters.”

When the Normandy-born racer took the wheel he had the all-important slick rubber at his disposal, which immediately improved the #7 machine’s pace.

“The performance was there but we did take too large a risk with the tyre strategy,” added Benoît. “That said, the Porsches remained just a little bit faster, so it was the only way for us to win the race. We didn’t have anything to lose; we would’ve ended up third anyway, so we had to take the gamble. What really matters is that we’re inching ever closer and growing more confident for what lies ahead. In theory, Fuji was our weakest track, but we still did pretty well! For sure, that kind of performance is encouraging for the remainder of our campaign.”

Despite having lost the championship lead, Benoît, Marcel and André are looking forward to the final two rounds, where they aim to take race day by the scruff of the neck.

“Granted, the title lead is no longer ours, but we’re still only one point behind in second and very much in contention! The next stop is Shanghai, where we had a particularly strong race two years ago. What’s more, we’ve already won in Bahrain, which hosts the season finale. Porsche has tended to struggle in the heat this year, so it’s still all to play for! The final two rounds are sure to be highly competitive and everybody in the team is up for it.

“The squad is pushing like crazy to close the small gap to Porsche. There’s very little between us at the moment. When I look back at the progress we’ve made since last year, when Toyota was dominating, I’m confident we can still improve and claim the title. We’ll give it our best shot until the very last corner of the final lap. We won the first two races of the season and we intend to do the same for the last two rounds as well!”

In case you ever doubted them, the Audi boys will not surrender in their pursuit. Everything remains up for grabs in the World Endurance Championship!

6 Heures du Fuji (WEC/Manche 6)

WEC 6 Hours of Silverstone 2015

Au terme des 6 Heures de Fuji (9-11 octobre), Benoit Tréluyer et ses équipiers Audi Sport, Marcel Fässler et André Lotterer, lâchent les rênes du classement Pilotes dans le championnat du monde d’Endurance FIA mais s’accrochent à leur objectif ! Auteurs de leur sixième podium en autant de manches cette saison, les triples vainqueurs du Mans savent que les deux derniers rendez-vous 2015, Shanghai et Bahreïn, leur seront plus favorables, à eux comme à leur Audi R18 e-tron quattro n°7.

C’est avec la même jubilation que Benoît Tréluyer retrouvait le week-end dernier le Japon, la ville de Gotemba où il a vécu, et ses fans adorés ! « Leur fidélité me touche toujours plus d’année en année, soufflait Benoît en constatant l’accueil qui lui était réservé. Ils sont incroyablement passionnés, et attentionnés ! Ils me donnent leur énergie… ».

Et d’énergie, le Français en avait bien besoin pour tenter de battre les Porsche sur cette piste de Fuji dont le dessin n’a jamais été favorable à Audi, compte tenu des caractéristiques de la R18 e-tron quattro et de la technologie choisie.

Pourtant, dès les premières séances d’essais libres, l’arme d’Ingolstadt évoluait dans les temps des Porsche ; de belles promesses que la suite du week-end n’allait pas tarder à confirmer. Superbe performance en qualifications, à trois dixièmes seulement de la seconde Porsche, puis excellent départ de Marcel Fässler, qui prenait la tête en début de course. La R18 e-tron quattro se montrait tantôt plus rapide que ses rivales, tantôt moins, les deux voitures n’opérant pas dans les mêmes fenêtres d’exploitation. Seulement, pour rester devant, les champions du monde 2012 devaient prendre des risques…

« Nous sommes les premiers à être passés en « intermédiaires », détaillait Tréluyer après coup. Puis de nouveau les premiers à chausser les « slicks » car les conditions de piste s’amélioraient. Mais c’était encore un peu trop tôt pour ce type de gomme, et nous l’avons compris rapidement. Malgré tout, André était capable de réaliser des temps plus que corrects. Alors nous avons un peu insisté, pensant que la piste allait sécher plus vite. Au final c’était une erreur, et nous avons fini par rentrer pour remettre des intermédiaires. »

Quand le natif d’Alençon reprenait le volant, c’était cette fois-ci avec les bons « slicks », qui lui permettaient aussitôt d’adopter un excellent rythme.

« La performance était clairement au rendez-vous mais nous avons pris un risque trop important au niveau de la stratégie pneumatique, admettait-il encore. Après, les Porsche restaient un tout petit peu plus rapides et c’était pour nous la seule façon de l’emporter. Nous n’avions rien à perdre. Nous aurions terminé à la troisième place de toute manière : la prise de risque s’imposait donc. L’essentiel est que l’on continue de se rapprocher et d’être de plus en plus confiants pour la suite. Sur le papier, Fuji était le circuit qui nous convenait le moins, et nous y étions plutôt bien. De bon augure pour le reste de la saison ! »

Peu affectés par leur légère chute au classement, Benoît et ses camarades ont désormais le regard résolument tourné vers les deux dernières manches, qu’ils entendent saisir à bras le corps !

« Nous perdons la tête du championnat, mais sommes deuxièmes à un petit point ! Shanghai, théâtre de la prochaine épreuve, est un circuit sur lequel je me suis montré plutôt performant il y a deux ans. Ensuite nous avons déjà gagné à Bahreïn, où se jouera la finale, et Porsche a déjà connu des problèmes à cause de la chaleur. Alors rien n’est joué ! Les deux dernières courses vont être excessivement disputées et tout le monde est sur le pont.

Le team fait vraiment un travail de fou pour combler le petit écart qui nous sépare encore de Porsche. Actuellement, ça se joue à pas grand-chose. Je mesure le chemin que nous avons parcouru par rapport à l’an dernier, où Toyota dominait, et me dis que nous sommes encore capables de progresser et d’aller chercher le titre. Nous ne lâcherons rien jusqu’au dernier virage du dernier tour. Nous avons gagné les deux premières courses de la saison et avons bien l’intention de remporter les deux dernières ! »

Non, les samouraï d’Audi ne sont pas prêts à rendre les armes. Oui, les jeux restent grand ouverts dans le championnat du monde d’Endurance FIA !

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.