It’s the simple things that make Le Mans

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Mans 24 Hours (WEC/Round 3)

Victory!

It may be one of the world’s most iconic motorsport events, but there’s so much more to Le Mans than just a race. As Benoît Tréluyer prepares for the 83rd edition of the French endurance classic, where he hopes to be fighting for his fourth victory, the Frenchman takes us on a journey through his Le Mans experience.

1. Settling in

First priority is to get myself settled in the small bungalow the team provide for me, and start to focus on what lies ahead. It’s like my sanctuary between the real world and Le Mans.

2. Visiting my parents

Outside of racing, my annual trip to Le Mans gives me the opportunity to visit my parents at their house. Apart from the odd shower, the weather is normally good at this time of year in Alençon so we can enjoy a nice barbecue as a family.

3. Going to Scrutineering

This is the first time we get to meet the fans – but these are not your usual spectators. The people that come to ‘pesage’ are genuine experts on the 24-hour event, so no room for small talk there! And it’s lovely to see the same faces year-in, year-out.

4. Eating sushi

Marcel [Fässler], André [Lotterer] and I found a great little place during our first race for Audi back in 2010, and we go back every year. Want a clue on the restaurant’s whereabouts? It’s near the train station!

5. Getting reacquainted with Circuit de La Sarthe

Le Mans’ unique layout in terms of speed and corner sections is something that should never be taken lightly! Every time I tackle my first lap, I do so with humility and respect for the circuit.

6. Shaking Henri’s hand

I never plan to meet up with Henri (Pescarolo) at Le Mans, but I trust fate to make our paths cross over the course of the event. He is still something of a mentor to me so it’s always a tremendous pleasure to be reunited with him.

7. Bringing back memories

Driving around La Sarthe always makes me reminisce about my good and bad memories of the track. When I come to the Ford chicane for example, I remember overtaking the Peugeot on the outside there in 2011. Or when travelling through the Esses, I distinctly recall my 2009 experience when I went flying off track. But I also have fond memories of seeing all the French flags waving at Arnage when I raced the 2002 ‘Équipe de France’ Viper.

8. Catching up with friends

I began my career as a driver with the help of the Le Mans-based Elf Scholarship School, so racing at La Sarthe is always a good opportunity to see my old friends and partners. I love going back to my roots like this and always make sure I spend some time with them while I’m there.

9. Paying tribute to our heroes

Along with Henri Pescarolo, I thoroughly enjoy chatting to the legends of Le Mans like Jacky Ickx or Derek Bell, as well as my good friend and team-mate of many years, Tom (Kristensen).

10. The drivers’ parade

The parade is always a lot of fun; it’s a great opportunity to interact with the spectators, and really creates a feeling of togetherness. Something that has become far too rare in motorsport these days!

11. Watching the start of the race

When I am not starting the race myself the best place to be is in the garage with the guys, watching the cars as they exit the Ford chicane to the famous music. It’s a really magical sight, and a true moment of release after the stress of all the build-up! The fan in me loves experiencing it all from the sidelines.

12. Having a coffee with Marcel

When André is behind the wheel, Marcel and I need only glance at one another to know that it’s time for a coffee behind the garage. And of course we only talk about the race!

13. Watching the sun set

Watching the sun set from the cockpit is one of my personal favourite moments of the race. You enter a whole new dimension: the night! I enjoy radio silence at this time, as it’s when I feel the most connected to the event.

14. Speaking to Dr. Ullrich

I always benefit from my little chats with Dr. Ullrich. They’re never long, just a few words to see where we are in terms of strategy or to check what the other cars are doing.

15. Enjoying the silence

I know that being in contact with the team over the radio is hugely important, but sometimes I like some quiet time during the race. My engineer Leena Gade knows that so she allows me a bit of silence when possible.

16. Following live timing in the garage

For any driver, Le Mans comes down to four things: driving, eating, sleeping, and massages. In the moments in between I like to take a break, sit in the garage and watch the lap times.

17. Being a night owl

When you’re not in a heated battle and there isn’t too much pressure, you can really appreciate the beauty and magic of the night. With no distractions on the track you feel totally immersed in it. It’s a very serene experience.

18. Hitting the shower

Us drivers know we’re lucky to even get them seeing as the rest of the crew don’t, but there’s something very comforting about being able to shower before getting into bed – if you sleep that is!

19. Bumping into your team-mate

When your team-mate wakes up to take over in the car and you’re ready to go for a rest, there’s a chance to have a quick chat about the car, the race and things to look out for. These moments are actually the only times we see each other through the night!

20. Enjoying the wee hours

You can have a real blast when you’re in the car very early in the morning, when there’s lots of grip and a clean track. At the start you never know if the car will still be running or not at that time in the race, but it’s really incredible when you start to see the lap times tumble!

21. Kissing Mélanie and Jules

I only kiss them on Sunday around 10 or 11am, when there are only a few hours of the race left. We never plan anything. Melanie grew up around motor racing so she knows exactly when to be around and when to give us space!

22. Bringing out the champagne

I’ve had the honour of spraying champagne from the podium three times, but it is still a very special moment and quite indescribable! I’ve secured a few wins in my career, but I can assure you that champagne tastes a little different at the Le Mans 24 Hours.

23. The after-party

Whatever happens during the race, sharing a few drinks with the team after the event is very dear to my heart. Everybody heads back to base after the mammoth effort of the race: mechanics, engineers, drivers and managers.

24. Reading my texts

We drivers are a bit like singers after a concert – if we don’t receive any messages, it means the show wasn’t good! Here’s hoping I have plenty of texts come Sunday night!

2015 Le Mans 24 Hours Schedule

Sunday 7 June

14:20 – 14:50: Scrutineering for Benoît Tréluyer, Marcel Fässler and André Lotterer in the #7 Audi R18 e-tron quattro

Wednesday 10 June

16:00 – 20:00: Free Practice

22:00 – 00:00: Qualifying 1

Thursday 11 June

19:00 – 21:00: Qualifying 2

22:00 – 00:00: Qualifying 3

Friday 12 June

17:30 – 19:30: Drivers Parade, Le Mans

Saturday 13 June

09:00 – 09:45: Warm-up

15:00: 83rd Le Mans 24 Hours start

Sunday 14 June

15:00: 83rd Le Mans 24 Hours finish

24 Heures du Mans (WEC/Manche 3)

«

Le Mans, c’est la plus grande course automobile au monde, mais pas seulement ! L’épreuve se nourrit aussi de plein de petits moments personnels qui contribuent à la magie générale. À l’heure de disputer l’édition 2015 de la classique mancelle, Benoît Tréluyer, en lice pour un quatrième succès dans la Sarthe, nous invite sur les chemins de traverse à la découverte de ses 24 Heures intimes…

1. Découvrir mon espace

C’est comme un sas entre le monde réel et celui du Mans. Mon installation dans le petit bungalow fourni par le Team est un rituel qui me permet d’entrer dans mon sujet. À partir de ce moment, je commence ma lente immersion dans les 24 Heures.

2. Rendre visite à mes parents

En marge de la course, les 24 Heures sont pour moi l’occasion de retrouver mes parents, directement chez eux. Entre deux averses, il fait assez beau à Alençon à cette période de l’année, et c’est l’occasion d’organiser un barbecue familial toujours sympa.

3. Assister au « Pesage »

Première rencontre avec le public, et pas n’importe lequel. Ce n’est pas Monsieur Tout-le-monde qui vient au Pesage, c’est un connaisseur. Avec lui, pas de bla-bla. D’ailleurs, on retrouve souvent les mêmes visages chaque année.

4. Manger des sushis

On a découvert l’endroit avec André et Marcel lors de notre première édition avec Audi en 2010, et nous y retournons tous les ans depuis. Un indice ? C’est près de la gare !

5. Apprivoiser le circuit

Le Mans est un tracé avec des vitesses et des enchaînements à nulle autre pareille, et les retrouvailles sont toujours importantes. Il ne faut surtout pas les négliger ! Chaque année, j’aborde mon premier tour avec humilité, c’est ma manière à moi de témoigner mon respect au Circuit des 24 Heures !

6. Serrer la main de Pesca

Je ne prévois jamais une rencontre avec Henri [Pescarolo] au Mans. J’attends plutôt que le destin nous réunisse… C’est toujours un immense plaisir que de le retrouver. Il est ma figure tutélaire !

7. Evoquer les souvenirs

Au Mans, tu as toujours rendez-vous avec tes souvenirs, bons ou mauvais, au détour d’un virage. Pour moi, il y a celui du « Karting » où j’ai doublé la Peugeot par l’extérieur en 2011 et, moins sympa, les « Esses » de la forêt où je me suis envolé en 2009. Je me souviens aussi des derniers tours dans la Viper « Equipe de France » en 2002, et de tous les fans brandissant des drapeaux tricolores au virage d’Arnage.

8. Voir les amis

J’ai grandi avec La Filière Elf du Mans, et les 24 Heures sont toujours l’occasion d’aller saluer mes anciens partenaires qui, pour la plupart, sont devenus des amis. J’ai besoin de ce retour aux sources annuel. J’essaie toujours d’avoir un petit moment pour eux.

9. Saluer nos héros

Hormis Henri Pescarolo, j’aime dialoguer avec ceux qui ont apporté leur contribution, grande ou petite, à la légende du Mans… Des gens comme Jacky Ickx ou Derek Bell notamment. Il y a aussi Tom [Kristensen] évidemment, mais la situation est un peu différente puisque nous avons été équipiers.

10. Parader à la Parade

C’est un vrai moment d’échanges avec les spectateurs. On rigole beaucoup. Il y a cette proximité avec les fans que le sport auto offre trop rarement.

11. Vivre le départ en spectateur

Quand je ne suis pas dans la voiture pour le départ, j’adore être dans le stand avec les gars, voir les voitures sortir du virage Ford, entendre la musique de l’Odyssée de l’Espace. C’est un instant magique, un moment de libération. Avant, c’est beaucoup de stress. J’aime vivre cet instant en simple spectateur : c’est mon côté fan !

12. Prendre un café avec Marcel

Quand André [Lotterer] est au volant, il nous suffit d’un regard avec Marcel [Fässler] pour nous comprendre et nous retrouver derrière le stand pour partager un petit moment de détente où l’on parle… de la course !

13. Assister au coucher du soleil

Le « sunset » depuis le cockpit, c’est pour moi l’un des meilleurs moments de la course. C’est un plaisir très personnel. On entre alors dans une autre dimension : celle de la nuit ! J’aime le silence radio lors de ce basculement. Je suis en communion avec l’épreuve.

14. Parler au Docteur Ullrich

Ce ne sont pas de longues conversations, juste quelques mots pour faire un petit point sur la stratégie ou prendre des nouvelles des autres voitures. J’aime ces parenthèses qui ont toujours un effet bénéfique sur moi.

15. Ecouter le silence

Je reconnais la grande utilité des liaisons radio, mais j’aime aussi avoir des moments à moi durant la course. Notre ingénieur de piste Leena Gade est compréhensive et, si la situation le permet, m’accorde un peu de silence lorsque je le lui demande.

16. Regarder les temps dans le stand

Pour un pilote, Le Mans se résume à quatre choses : piloter, manger, dormir, et se faire masser. Entre ces phases, j’aime retrouver mon siège dans le stand pour regarder l’évolution des temps.  Ces moments sont les respirations, les petites virgules du récit que l’on est en train d’écrire.

17. Jouer les noctambules

Quand tu n’es pas trop en bagarre et que tu n’as pas trop la pression, c’est à ce moment précis que la nuit te révèle toute sa magie. D’un coup, elle t’appartient. Il y a moins d’interférences visuelles. Tu es bien, tu es zen.

18. Prendre une douche

Nous l’apprécions d’autant plus que nous savons être les seuls à avoir ce privilège dans l’équipe. Prendre une douche avant de se glisser sous les draps – même si l’on sait que l’on ne va pas forcément dormir – ça fait du bien.

19. Croiser tes équipiers

Entre le moment où l’un revient pour aller dormir et l’autre se réveille pour se préparer avant son relais, il y a un petit laps de temps où l’on peut parler de la voiture, de la course et des pièges à éviter. Au cours de la nuit, ce sont les seuls moments où nous nous croisons.

20. Jouir du p’tit matin

À la fraîche, sur une piste bien propre et avec un bon grip, c’est vraiment le pied intégral ! Quand on prend le départ, on ne sait jamais si l’on sera encore là le lendemain pour profiter de ce moment incroyable où les chronos se mettent à tomber. Magique !

21. Embrasser Mélanie et Jules

Ce n’est que le dimanche à quelques heures de l’arrivée que je peux les embrasser, vers 10-11h. On ne se donne pas rendez-vous, c’est comme cela. Mélanie a grandi dans le milieu du sport auto et sait s’effacer et réapparaître aux meilleurs moments.

22. Sabrer le champagne

J’ai eu l’honneur et l’avantage de le faire trois fois, et c’est toujours un moment que les mots ne peuvent décrire. J’ai quelques victoires à mon palmarès, et je peux vous garantir que le champagne n’a pas le même goût sur le podium des 24 Heures.

23. Profiter de l’après

Quoi qu’il arrive, que le succès soit au rendez-vous ou non, le(s) verre(s) partagé(s) avec l’équipe après la course est un moment cher à mon cœur. Mécanos, ingénieurs, pilotes, managers, tout le monde retrouve le camp de base après avoir franchi son Everest personnel. Séquence émotion !

24. Lire mes textos

Nous, pilotes, sommes comme des chanteurs après un concert : si nous ne recevons aucun message, c’est que le spectacle n’a pas été bon ! J’espère que j’en aurai des tonnes dimanche soir !

Programme des 24 Heures du Mans 2015

Dimanche 7 juin

14h20 – 14h50 : Pesage, vérifications techniques et administratives pour Benoît Tréluyer et ses équipiers André Lotterer et Marcel Fässler sur l’Audi R18 e-tron quattro n°7

Mercredi 10 juin

16h00 – 20h00 : Essais libres

22h00 – 00h00 : Essais qualificatifs 1

Jeudi 11 juin

19h00 – 21h00 : Essais qualificatifs 2

22h00 – 00h00 : Essais qualificatifs 3

Vendredi 12 juin

17h30 – 19h30 : Grande Parade des Pilotes dans les rues du Mans

Samedi 13 juin

09h00 – 09h45 : Warm-up

15h00 : départ de la 83ème édition des 24 Heures du Mans

Dimanche 14 juin

15h00: Arrivée de la 83ème édition des 24 Heures du Mans

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.