The Heroic Charge!

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

FIA WEC, Round 4 – 6 Hours of COTAThe Heroic Charge!

A storm, thrilling twists and plenty of ensuing drama meant that the FIA World Endurance Championship’s resumption at Circuit of The Americas last weekend (September 18-20) matched the best Spaghetti Westerns. Benoît Tréluyer and Audi Sport team-mates Marcel Fässler and André Lotterer would no doubt agree, as the reigning Le Mans winners were quickest to the draw in Austin.

Following a three-month hiatus, the WEC blockbuster continued in the Texan capital, although the victorious trio’s weekend wasn’t without fault, especially during qualifying.

“We had a slight issue with the lap trigger signal,” explained Benoît. “Therefore, Marcel and André had to qualify a car that wasn’t fully optimised, making fuel consumption management – where you need to be extremely accurate – very difficult.”

Lotterer took the reigns for the start of Saturday’s race, yet – despite a solid opening stint – Toyota’s #8 car pulled away, while Audi’s #2 R18 e-tron quattro tried to clear the Porsches ahead.

“Nonetheless, we were able to double stint the same set of tyres,” Tréluyer continued. “André’s second spell was particularly strong, and courtesy of Buemi’s spin, we were able to dramatically shrink the leaders’ advantage.”

However, that’s when the heavens suddenly opened. Nicolas Lapierre’s Toyota – among many others – was caught out in the deluge, although Lotterer managed to safely return to the pits.

“We fitted wet weather tyres after receiving word of the impending rain,” Benoît added. “It really helped André too, as he could have easily been caught off-guard. This perfectly demonstrates how important the smallest details can be in making a huge difference.”

Once on track, Benoît quickly realised that it wasn’t suitable to continue in the appalling conditions, which was further emphasised after observing the amount of standing water after following an LMGTE Porsche through turn one.

“I had no choice but to follow the red lights ahead of me, as I couldn’t see anything else anyway,” admitted the Frenchman. “It was a huge relief to glance at the dashboard and see the red flag! After a lengthy interruption, the race resumed behind the Safety Car, although that’s when memories from Silverstone started to flash through my mind, which I tried to brush them aside.

“I started to get into the groove and everything felt good on wet weather rubber, meaning our pace was still strong, even though the #8 Toyota had un-lapped itself. After around four laps we’d opened up a promising advantage, so I realised the best thing was to manage the gap. Myself and Leena [Gade, the #2 Audi’s race engineer] were discussing tyres over the radio and after exchanging feedback, we decided to opt for intermediates next time around.”

The gamble paid off, allowing the 2012 champion to further extend his lead at the front.

“I was extremely careful on my out lap, because I’d never raced on those tyres before,” explained Benoît. “As we racked up the laps, they became increasingly hard to manage, so I began to look for ways in which to preserve the rubber, as I initially thought we had to make the tyres last over two stints. Regardless, I was able to find a way in which to limit degradation and maintain our advantage.”

From then on Tréluyer pushed hard to open up a sizeable lead, registering a succession of fastest laps before Leena’s voice crackled through his earplugs once more.

“She continued to ask about the tyres, and questioned whether the time was right for slicks,” Benoît recalled. “The racing line was virtually dry, so we agreed to give it a go.”

The #2 Audi was equipped with dry rubber after Benoît pitted and handed over to Fässler, which proved a perfectly-timed masterstroke once the Swiss driver resumed.

“Marcel did an amazing job of further extending the gap as soon as he took over,” added Tréluyer. “Once again, our great team spirit and hard work enabled us to make the difference. Communication with the engineers and mechanics – not forgetting the Michelin staff – was fantastic. Their information was accurate and helped us to make important decisions, which assisted us tremendously.”

To say the win pleased Benoît would be something of an understatement. He’d kept a relatively low profile following his Le Mans win, but dreamt of delivering a charging Wild West performance when it mattered.

“In all honesty, I didn’t think my stints at Le Mans made a significant contribution towards victory,” admitted Benoît. “Here, I felt that I did a good job, made the correct decisions and drove well overall. It’s a real boost, because after three months away, there’s always a degree of uncertainty about how you’re going to perform. I’m absolutely delighted!”

A second consecutive win for the trio puts them firmly back into championship contention, as they embark on a rollercoaster ride of four races in just over two months.

“This is an important, morale-boosting victory for everyone within the team,” beamed Tréluyer. “It’s crucial to find the right balance between driving quickly and ensuring you don’t make any mistakes. That was our approach during Le Mans and it’s paid dividends again here in Austin. We’ll now look ahead to the remaining rounds with great confidence, but we’re acutely aware that some of the circuits coming up do not necessarily suit us.”

Now just 11 points away from the Drivers’ Championship lead, Benoît, André and Marcel are back in the saddle with a single target in their sights: claiming a second world title.

Round five of the FIA World Endurance Championship – the 6 Hours of Fuji – takes place on October 10-12. It will be broadcast live on the official FIA WEC website.

FIA WEC, manche 4 – 6 Heures du Circuit des Amériques

La charge héroïque !

Tempête, suspense, et coups de poker au Texas. Digne des meilleurs westerns, le scénario de la manche de reprise du Championnat du Monde d’Endurance FIA offre la vedette à Benoît Tréluyer et ses complices chez Audi Sport, Marcel Fässler et André Lotterer. À Austin, les vainqueurs de la dernière édition des 24 Heures du Mans ont une nouvelle fois dégainé les premiers !

Après trois mois de pause, c’est au Texas que le grand « road movie » de l’Endurance plante ses studios du 18 au 20 septembre. Pour le trio sacré dans la Sarthe, le retour aux affaires ne débute cependant de la meilleure manière, la faute à une séance qualificative quelque peu contrariée.

« Nous avons connu un petit problème avec le signal de la balise de bord de piste [« lap trigger signal » en anglais], a soufflé Benoît. Marcel [Fässler] et André [Lotterer] ont dû composer avec un proto loin d’être optimisé. Bien sûr, ils pouvaient rouler, mais c’était assez perturbant, notamment en matière de gestion de la consommation, un domaine qui requiert une extrême précision. »

Le lendemain, André prend le départ et réalise un solide relais initial. La Toyota n°8 s’échappe tout de même tandis que l’Audi n°2 tente de déborder les Porsche.

« Nous conservions toutefois l’atout de pouvoir doubler notre premier relais avec le même train de pneus, a commenté le Français. André a livré un très beau second relais, tandis que Buemi effectuait un tête-à-queue. Ceci nous a permis de revenir à portée de tir. »

C’est à ce moment que la pluie apparaît brusquement. Au volant de la n°8, Nicolas Lapierre se fait piéger comme beaucoup d’autres pilotes. André Lotterer, de son côté, parvient à ramener la voiture aux stands.

« Je suis reparti en pneus pluie, a expliqué Tréluyer. Nous avions pu anticiper grâce à un « guetteur météo » capable de nous fournir les bonnes informations. Il a bien aidé André, qui aurait pu également se faire surprendre. Cet épisode illustre combien tous les petits détails sur lesquels nous travaillons avec l’équipe se révèlent payant. »

En piste, Benoît constate immédiatement que la visibilité est absolument nulle. Il négocie le premier virage derrière une Porsche GT, mais n’ose même pas la doubler tellement il y a d’eau.

« Je suivais ses feux rouges car on n’y voyait rien du tout. Et là, j’ai regardé mon écran de contrôle : drapeau rouge ! Le soulagement total. Je n’allais pas devoir attaquer dans ces conditions. J’ai ramené la voiture sur la ligne de départ et, après une longue interruption, nous sommes repartis derrière la Voiture de Sécurité. À cet instant, le souvenir de Silverstone a refait surface. J’ai alors tenté d’évacuer cet épisode malheureux de mon esprit, et commencé à bien ressentir l’auto qui, équipée de pneus pluie, jouissait d’une bonne adhérence. J’ai constaté que mon rythme était bon même si la Toyota n°8 s’est dédoublée pour effacer son tour de retard.

Personnellement, je me sentais vraiment bien. J’ai noté que j’avais creusé un bel écart sur mes poursuivants en l’espace de quatre tours, et me suis dit que cela ne servait à rien de hausser le rythme. Nous communiquions beaucoup avec Leena [Gade, l’ingénieur de l’Audi n°2]. Elle me demandait comment se comportaient les pneus. Je lui donnais de nombreuses infos en retour, etc. Au milieu d’un relais, nous avons finalement décidé de passer aux intermédiaires… »

Un premier coup de poker qui permet au Français d’augmenter encore un peu plus l’écart en tête de la course.

« J’ai fait très attention lors de mon tour de sortie des stands car je n’avais pas encore roulé avec ce type de gomme. Puis, au fil des passages, la situation est devenue délicate à gérer. Je cherchais des solutions car je pensais alors qu’il fallait absolument rester en intermédiaires pendant deux relais pour que la stratégie fonctionne. J’ai fini par trouver le moyen de préserver les pneus tout en conservant de la vitesse. »

À partir de ce moment-là, le natif d’Alençon se met à faire chuter les chronos, et construit une belle avance sur ses poursuivants. Puis, une nouvelle fois, la radio crépite avec la voix de Leena.

« Elle m’a demandé comment se comportaient les pneus, si je pensais que nous pouvions passer aux « slicks ». Je lui ai répondu que la trajectoire était sèche et qu’on pouvait tenter le pari. »

Benoît rentre alors aux stands pour chausser des gommes « sec » et passe le volant à Marcel. L’équipage de l’Audi n°2 vient de signer là son second coup de maître.

« Dès son entrée en piste, Marcel a réalisé un boulot formidable et continué d’accroître l’écart. Une fois de plus, c’est notre super esprit d’équipe qui a véritablement fait la différence. Il est important de souligner également le bon travail ainsi que la communication harmonieuse avec les ingénieurs, les mécaniciens, et le personnel Michelin, qu’il ne faut surtout pas oublier. Ils nous ont fourni les infos cruciales au moment opportun, ce qui nous a bien aidés. »

Pour Benoît, la satisfaction prend une saveur particulière. Quelque peu resté sur sa faim après sa victoire dans la Sarthe, il rêvait d’une charge héroïque dans le Grand Ouest. Il la tient !

« Autant au Mans je n’avais pas couvert de relais vraiment décisifs, autant là j’ai le sentiment d’avoir accompli du bon travail, pris les décisions qu’il fallait, et bien roulé. Je dois admettre que cela gonfle le moral. Après trois mois de trêve, tu ne sais jamais trop où tu te situes… Je suis hyper content ! »

Ce nouveau succès replace définitivement l’équipage de l’Audi n°2 dans la course au titre alors que les épreuves vont désormais s’enchaîner à la vitesse d’un pur-sang au galop – quatre en deux mois pour boucler le championnat 2014.

« Il s’agit d’une victoire importante qui booste le moral de tout le monde au sein de l’écurie. Aujourd’hui, il faut rouler vite sans faire d’erreur ; c’est la clé du succès. Nous avons gagné Le Mans en évitant tout accrochage. Ici, nous nous imposons après n’avoir commis aucune faute. Il est impératif d’opter pour les meilleurs compromis, de trouver le bon équilibre. Attaquer mais pas trop, gérer mais pas trop, tout est question de dosage ! Nous abordons le reste de la saison avec confiance, mais savons que certains des circuits à venir ne nous conviendront pas forcément… »

Avec seulement onze points de retard, les trois « bandits » d’Audi sont définitivement remis en selle et n’ont désormais qu’un objectif en tête : faire sauter la banque renfermant la couronne de Champion du Monde !

Du Grand Ouest à l’Extrême-Orient, la cinquième manche du WEC verra Benoît se rendre au Japon pour les 6 Heures de Fuji (10-12 octobre). Un événement qui sera à nouveau diffusé sur le site officiel du Championnat du Monde d’Endurance FIA.

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.