“This one’s for Leena, Justin, and the whole crew!”

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

FIA WEC, Round 6 – 6 Hours of Shanghai“This

Round six of this year’s FIA World Endurance Championship at Shanghai International Circuit was always going to be challenging for Benoît Tréluyer and his Audi Sport crew-mates André Lotterer and Marcel Fässler. That certainly proved to be the case, but fortunately for the Le Mans-winning trio their guardian angels were watching over them throughout Sunday’s race (November 2).

While the laps ticked by, the #2 Audi kept a watching brief as the sister #1 car and #14 Porsche fought an intense scrap for third. With a podium finish up for grabs the stakes were high. Following a strong start from Lotterer, Benoît struggled slightly with his tyres and was running fifth. Something needed to change if they were to make further progress.

“At this point our engineers Leena [Gade] and Justin [Taylor] pulled a brilliant idea out of the hat: a splash and dash ahead of schedule to cover the possible appearance of a safety car,” beamed Benoît afterwards. “In the end there was no caution period, but Marcel was in clean air and thus able to lap at a faster pace before the other cars made their final stops. Once the pit-stop phase had shaken out we got the undercut and were ahead of our team-mates in the other R18 e-tron quattro.”

Though the podium proved just out of reach, their fourth-place finish was a fitting reward for Leena and Justin’s vision, as well as the efforts of the whole #2 crew which worked tirelessly to find innovative solutions and overcome their deficit at the Chinese track.

“Our R18 felt alright, but we nevertheless struggled because this circuit does not fit our car concept very well. As for tyre management, we fared better than at Fuji but still couldn’t double-stint them. We tried several things on the car during practice and the mechanics did a tremendous job; they worked flat out to give us the perfect machine. Last but not least, their quick and efficient work during the pit-stops ensured the car was refuelled and the tyres changed in record time. These guys are just amazing and I’d like to congratulate every one of them. Bravo!

“We were covering decent stints behind the wheel; we even outpaced our rivals in sectors one and two, before losing ground in the third sector with its long back straight. In the end, fourth place was probably the best result the team could have hoped for in normal conditions.”

The Chinese event saw the 2014 Le Mans winners’ chances of a second WEC Drivers’ title dwindle. Though still mathematically in contention, it would take a significant upset for the Audi trio to reclaim the crown they won in 2012.

“We would need our friends aboard the #8 Toyota to not finish the next two races while we win both,” explained the Frenchman. “It’s the same situation in the Manufacturers’ standings, but we refuse to give up no matter what. At Le Mans we bet on reliability and the gamble paid off handsomely, while at COTA we still managed to win despite only starting from fourth position. We may not look so good in qualifying but we have a knack for being there or thereabouts come the race.”

Bahrain plays host to the next WEC round in two weeks’ time (November 13-15) and will see Benoît and his crew-mates putting their faith in a local ally: the heat.

“This is definitively one of our strengths,” said an already-fired-up Tréluyer. “When temperatures rise the Audi-Michelin combination can extend tyre performance, so we’ll enter the event with a decent shot at a strong result. We will also encounter similar weather conditions in Brazil for the season finale. Fuji and Shanghai were always going to prove difficult for us, so at least they’re now out of the way!”

Along with his Audi Sport team, the Frenchman left China with his heart and mind full of hope, as well as renewed positive thoughts and prayers for Jules Bianchi and his family.

Round seven of the FIA World Endurance Championship – the 6 Hours of Bahrain – takes place on November 13-15. It will be broadcast live on the official FIA WEC website and Motors TV.

FIA WEC, manche 6 – 6 Heures de Shanghai

Leena, Justin et les mécanos !

Le déplacement à Shanghai, théâtre de la sixième manche 2014 du Championnat du Monde d’Endurance FIA (31 octobre – 2 novembre), promettait d’être compliqué pour Benoît Tréluyer et ses acolytes chez Audi Sport, Marcel Fässler et André Lotterer. Si les prévisions d’avant-course se sont avérées, le trio vainqueur des dernières 24 Heures du Mans a pu compter sur l’aide et les compétences du petit groupe en charge de leur Audi R18 e-tron quattro. En Chine, les baguettes peuvent aussi être magiques.

Dimanche après-midi. Circuit international de Shanghai. Les tours s’enchaînent, l’Audi n°2 victorieuse dans la Sarthe se trouve aux premières loges pour assister au duel que se livrent la voiture sœur et la Porsche n°14. L’enjeu est de taille puisque les deux prototypes se disputent la dernière marche du podium. Après un bon départ d’André Lotterer, Benoît a rencontré quelques difficultés avec les pneumatiques et la n°2 évolue désormais en cinquième position. Leur seule chance est alors de forcer le destin.

« C’est à ce moment que nos ingénieurs Leena [Gade] et Justin [Taylor] ont sorti une idée brillante de leur chapeau : un arrêt anticipé et ultracourt pour prévenir une intervention de la Voiture de Sécurité ou tout autre fait de course, se félicite Benoît. À défaut de neutralisation, Marcel [Fässler] s’est retrouvé seul en piste et en a profité pour faire tomber les chronos avant que nos adversaires directs n’effectuent leur ultime arrêt en fin de course. Quand elle est ressortie des stands, la n°1 était derrière… »

Si le podium échappe au trio champion du monde 2012, la vista de la paire Leena-Justin ainsi que les efforts des mécaniciens trouvent une juste récompense. Car il a fallu aligner les heures et les trouvailles pour compenser les manques du prototype maison sur ce type de tracé.

« La voiture se comportait plutôt bien, mais nous avons tout de même souffert puisque le circuit ne permet pas à notre R18 d’exprimer toutes ses qualités. Côté pneus, il y avait clairement du mieux par rapport à Fuji mais nous ne pouvions toujours pas effectuer de doubles relais. Beaucoup de choses différentes ont été testées sur la voiture durant les essais, et les mécaniciens ont abattu un boulot formidable. Malgré le nombre de changements apportés, ils n’ont jamais économisé leurs efforts pour nous fournir la voiture parfaite. Dernière chose, et non des moindres, ils se montrés les plus prompts lors des ravitaillements et changements de pneus. Ces gars sont juste extraordinaires et je tiens à saluer leur performance. Bravo ! »

Au volant de la n°2, l’équipage enchaîne les bons relais, et devance même la concurrence dans les secteurs 1 et 2, des zones dépourvues de véritables lignes droites et autres accélérations brusques. Las, le trio perd du terrain sur le long segment situé dans la dernière partie du tracé. Au final, la quatrième place représente sans doute le meilleur résultat auquel l’écurie allemande pouvait espérer en l’absence de circonstances exceptionnelles.

Au championnat « Pilotes », les chances de voir Tréluyer, Fässler, et Lotterer coiffer de nouveau la couronne mondiale s’amenuisent un peu plus. Mathématiquement, cela reste encore jouable. Concrètement, cela relèverait du miracle.

« Il faudrait en effet que nos amis à bord de la Toyota n°8 ne finissent pas les deux dernières courses tandis que nous les remportions, note le natif d’Alençon. Idem au classement « Constructeurs », mais nous ne baissons pas les bras pour autant. Au Mans, nous avons misé sur la fiabilité et le pari a fonctionné. Sur le Circuit des Amériques, nous étions partis depuis le quatrième rang, mais avions tout de même gagné. Certes, nous apparaissons en retrait lors des qualif’, mais arrivons toujours à tirer notre épingle du jeu en course… »

Lors de la prochaine épreuve du WEC disputée au Royaume de Bahreïn, Benoît et ses équipiers Audi Sport pourront compter sur une alliée locale : la chaleur !

« C’est notre point fort, s’enflamme déjà le Français. Lorsque les températures grimpent, le tandem Audi-Michelin parvient à maintenir la performance du pneu : nous aurons donc une belle carte à jouer. Même chose au Brésil pour la manche de clôture. Fuji et Shanghai représentaient sans doute les rendez-vous les plus délicats à négocier, et ils sont désormais derrière nous ! »

Benoît et toute l’équipe Audi ont donc quitté le sol chinois avec le mot « espoir » à l’esprit. Espoir de conclure la saison du WEC sur une note positive, mais également espoir, encore et toujours, pour Jules Bianchi et sa famille.

La septième et avant-dernière épreuve du WEC – les 6 Heures de Bahreïn – aura lieu du 13 au 15 novembre sur le circuit qui accueille traditionnellement le Grand Prix de Formule Un. Un événement de nouveau diffusé sur le site officiel du Championnat du Monde d’Endurance FIA, ainsi que sur la chaîne Motors TV.

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.