Victory Number Three!

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

FIA WEC – Le Mans 24 HoursVictory Number Three!

Benoît Tréluyer and team-mates Marcel Fässler and André Lotterer emerged victorious in one of the most hotly-contested Le Mans 24 Hours in recent memory, with Audi Sport’s #2 crew raising the famous trophy for the third time in four years. The now-triple Le Mans winner looks back on his triumphant journey in just as many steps.

My three key moments before the race

A frustrating beginning to the season

“I immediately felt confident in the new R18 e-tron quattro as it performed well and was comfortable to drive. However, we received a wake-up call when we arrived at Silverstone. Encouraging pre-season tests combined with a new upgrade package gave us confidence, but for some reason we were unable to maximise our strategy and the car’s settings. Similar problems arose at Spa, which re-focused our minds on identifying and solving the issues, forming the basis of our Le Mans victory. At the final test before the 24 Hours, I felt much happier and really started to get into the groove.”

Restored confidence

“After my crash at Silverstone, and our average result in Spa, I sat down to try and work out why I wasn’t feeling comfortable after a promising pre-season. Was I causing the problems, or was it the car’s setup? While testing, Marcel [Fässler], the entire team and myself really bonded together. After Spa, I honestly didn’t think we had much chance at La Sarthe, yet I felt incredibly confident after the last test and the official Le Mans Test Day. Along with the squad, I was able to pull myself together and get my mojo back.”

The get-together tune

“From the moment I arrived in Le Mans the magic touch was instantly there with André [Lotterer] and Marcel, as it had been during our wins in 2011 and 2012. We travelled to the circuit together, cracking jokes while looking for some music that would become our ‘anthem’ during race week. In 2011 and ‘12, we found a song that pumped us up every morning. This wasn’t the case in 2013; it just didn’t come naturally. But this year we found exactly what we were looking for. We heard it one morning and it just stayed with us. The chemistry was certainly back.”

My three key moments during the race

Track walk with the engineers

“This is more about sharing than learning! We walked the circuit with our track, deputy and support engineers, and although we always remained focused on the job in hand the atmosphere was nice and relaxed. During the track walk, we immediately agreed on our approach and the race strategies we would choose for the week.”

The last qualifying session

“We almost succumbed to a classic Le Mans pitfall during qualifying. We were on the pace and very confident, although perhaps some complacency was beginning to creep in. At the end of qualifying two, the sister #3 car was one second faster, making it very tempting, for nothing more than pride, to go back out and smash their time. Our engineer Leena [Gade] could sense this, and quickly reminded us that we should stick to the plan.

“We almost lost focus again before the last qualifying session, as I still had to complete my mandatory night laps to qualify for the race. We toyed with the idea of sending the car out on a low-fuel run with new tyres, but in the end I chose to focus on getting the settings to my liking, because I knew there was still room for improvement in this area. André was on course to set a quick time in the final minutes but this wasn’t possible due to the enforcement of a ‘Slow Zone’. We were slightly frustrated because we wanted to demonstrate our raw pace, while giving the fans something to cheer about.”

Finding inspiration in the eyes of the mechanics

“One of the turning points during the race came when we saw the strength, speed and hunger of our mechanics to fix the car’s ailing turbo before Marcel and then André took to the track. I was gutted I wasn’t driving, but the entire crew cheered Marcel on as he attacked the circuit, closing our deficit to the Porsche to a lap and a half. Fired up after witnessing his progress, André took over and drove like a man possessed. The strength of our line-up actually lies in the collective might of our entire team; they’re the ones who trigger our success!”

My three key emotions during the week

Tears of fear

“I felt terrible and completely overwhelmed when I witnessed Loïc Duval’s accident. I get on very well with Loïc, but I wasn’t aware of how close we were until his crash. His dad was with my wife Mélanie in Audi hospitality when it occurred, although initially he didn’t realise it was his son. He came straight into the garage to ask about Loïc and I immediately reassured him that he would be fine. We had no accurate information at the time, but I knew I had to stay strong. We were eventually told he was okay and en route to the medical centre. Allan [McNish] was brilliant. He looked after Loïc’s dad and stayed with him the entire time, even taking him to the medical centre.

“My mechanics were around me, but I felt horribly alone after they left. I couldn’t help but think about Loïc’s wife Gaëlle and his kids. Because I normally unravel in such situations I asked André to call Loïc, and he remained strong and found the right words. We eventually received some very reassuring news, yet I was still feeling unwell. Leena noticed this and told me to take my time, because André could replace me. I thanked her for this, but told her that the best way to overcome difficult moments like these is to focus on your job. In two minutes I had recovered the strength that had earlier deserted me, and without further delay I was back in the car.”

Tears of rage

“Our pace was promising, although we weren’t taking any unnecessary risks. We were staying in touch with the leading Toyota and knew that we could be in a very strong position come the morning. During the night, a gentle serenity settled in our garage. After the Toyota in front retired, we found ourselves three laps ahead of our closest opponent, while continuing to control the pace. Then all hell broke loose when our turbo malfunctioned.

“We were at a loss to understand what was happening. It quickly reminded us of 2013, when an alternator issue surfaced while we were leading comfortably. I went to bed crestfallen, because I thought the race was over as far as we were concerned. This changed completely when I awoke. André was pushing like hell on track, though we were constantly questioning the Michelin engineers on whether our tyres would last. Following three delays, I finally climbed into the car with one objective: bring it home.

“In that situation you think anything can happen. I needed a couple of laps before settling down, but then it was a fantastic feeling. The car was performing superbly and, on the final lap, I thought back over everything that had happened during the past week.”

Tears of joy

“The on-board camera didn’t work during André’s last stint, so I felt peaceful in the knowledge that nobody would see me if I cried on the final lap. I wanted to scream and shout like Sebastian Vettel, but instead I was moved to tears. I’ve decided to dedicate this victory to the memory of Michel Raffaeli, who I felt was looking over me during the past 24 hours. I tried to hold back the tears, but I couldn’t. And then I realised that nobody could see me anyway. However, I wasn’t aware that the on-board camera had actually been fixed…

“I really thought that Marcel or André should have been driving the victory lap because of their incredible efforts following our turbo problems. They, along with Dr. Ullrich, climbed onto the car and motioned for me to continue towards the podium.

“There are so many different emotions rushing through you in the Le Mans pit-lane. It’s an incredible feeling when you see the mechanics, race marshals – even other teams – applauding. You really appreciate the unique sporting spirit of Le Mans, and sport in general, on occasions like this.

“When we won for the first time in 2011, I never thought anything could match that feeling. Despite winning again in 2012, the first for a hybrid at Le Mans, it didn’t quite feel the same, because we were battling the sister Audi. However, this year is just as special as our maiden triumph three years ago. Alongside André, Marcel and the entire team, this victory fuels our desire to come back and do it all again.”

There’s little time for Benoît to enjoy his third Le Mans victory as he travels to Spa-Francorchamps for the FFSA GT Tour event this weekend (June 21/22), followed by the 24 Hours of Spa on July 26/27.

Round four of the FIA World Endurance Championship – the 6 Hours of COTA – takes place on September 18-20. It will be broadcast live on Eurosport, Motors TV and the official FIA WEC website.

FIA WEC – 24 Heures du Mans

La victoire puissance trois !

Benoît Tréluyer et ses camarades Marcel Fässler et André Lotterer sortent vainqueurs d’une des éditions les plus disputées de l’Histoire des 24 Heures du Mans. Après 2011 et 2012, le trio brandit pour la troisième fois l’imposant trophée décerné par l’Automobile Club de l’Ouest (ACO). Retour en trois temps sur trois grands moments de leur odyssée mancelle.

Mes trois moments-clés de l’avant-course

Les débuts contrariés

« Dès les premiers essais, notre nouvelle R18 e-tron quattro nous a procuré une sensation de confiance, de confort de conduite, et de performance. Puis, nous avons dû faire face à ce que j’appellerais une remise en question, voire un rappel à l’ordre, après Silverstone. Nous sommes arrivés en Angleterre pour la première manche du Championnat du Monde d’Endurance FIA sur la lancée de ces superbes tests et d’un travail de développement intense. Las, rien n’a voulu s’accorder. Réglages, stratégie, nous avons connu les mêmes soucis à Spa-Francorchamps. Ces deux premières courses se sont révélées être l’une des clés de voûte de notre victoire au Mans puisqu’elles nous ont permis d’identifier nos problèmes et de les résoudre. C’est au moment de l’ultime répétition avant les 24 Heures que je suis vraiment entré dans le sujet. »

La confiance retrouvée

« Après mon accident de Silverstone et le résultat moyen de Spa, j’ai également traversé une période de remise en question personnelle. Je me suis demandé pourquoi je ne « sentais » plus cette voiture alors que je l’avais adorée lors des essais initiaux. Est-ce que le problème venait de moi ou bien des réglages ? Avec Marcel [Fässler] nous avons poussé la réflexion vraiment loin pour tenter de comprendre. Grâce à ce véritable travail d’équipe, j’ai retrouvé confiance et suis ressorti des derniers essais bien plus fort ! Après l’épreuve de Spa, honnêtement, je ne donnais pas cher de nos chances. Le travail effectué dans la foulée ainsi que la Journée Test officielle du Mans m’ont permis d’aborder les 24 Heures dans les meilleures conditions. Je suis parvenu à me reconstruire, et l’écurie aussi. C’est ensemble que nous avons redressé la barre. »

La petite musique

« Je suis donc arrivé au Mans avec un gros capital confiance et l’alchimie avec André [Lotterer] et Marcel s’est créée aussitôt, comme en 2011 et 2012. Nous avons effectué tous les trajets ensemble, et les avons passés à nous marrer, à chercher une musique, un tempo qui allait nous accompagner durant toute la semaine.

En 2011 et 2012, nous avions trouvé une chanson qui nous donnait la pêche le matin, qui nous faisait débuter la journée de bonne humeur. Ce « truc à nous », en 2013, nous nous étions presque forcés à le créer. Nous ne le sentions pas, et cela n’a pas marché au final. L’alchimie ne s’était pas faite. Cette année, nous avons trouvé cette petite musique un matin, en allant au circuit. Elle ne nous a plus quittés. Nous l’avons partagée avec les mécanos qui l’ont adoptée de suite. Le tout sans le prévoir, sans forcer les choses ! »

Mes trois moments-clés de la course

Le tour du circuit avec nos ingénieurs

« Un moment de partage plus que de découverte ! Ingénieurs de piste, ingénieurs assistants, ingénieurs de renfort, nous avons fait le tour en toute décontraction, en plaisantant. Bien sûr, on travaille toujours sérieusement, mais dans la bonne humeur. C’est à ce moment que nous avons arrêté nos stratégies pour la semaine, que nous avons décidé de notre approche. L’accord a été unanime et immédiat. »

La dernière qualif’

« Nous avons failli tomber dans le piège, et dévier de notre trajectoire. La performance était bien au rendez-vous, et la confiance – ou plutôt l’excès de confiance – a commencé à nous gagner. À la fin de la deuxième séance de qualifications, la voiture sœur n°3 nous a collé une seconde et la tentation – par fierté – était alors grande d’entrer en piste. Notre ingénieur Leena [Gade, en charge de l’Audi n°2] l’a bien senti et nous a rappelé que nous devions rester fidèles aux options choisies.

Nous avons failli nous écarter du sujet une seconde fois, juste avant la dernière session d’essais chronométrés où je devais encore effectuer mes tours de nuit réglementaires pour me qualifier. Pendant un moment, on a évoqué la possibilité de chausser un train de pneus neufs et de mettre peu d’essence pour signer un temps, mais j’ai préféré poursuivre le travail sur les réglages. J’avais le sentiment qu’il y avait encore des progrès à faire dans ce domaine. Ce chrono, nous étions prêts à le réaliser en toute fin de séance avec André, mais nous sommes tombés sur une zone à vitesse réduite [« Slow Zone »] en raison d’une barrière de sécurité endommagée. À cet instant, une légère frustration nous a alors gagnés car nous voulions vraiment faire étalage de notre vitesse et plaisir aux spectateurs. »

Les yeux des mécanos

« La force, la rapidité et la motivation que nous avons lues dans les yeux des mécaniciens lors du changement de turbo fut le tournant de la course. Puis, Marcel et André sont allés au charbon ! Je suis vert de ne pas avoir pris le volant lors de ces heures décisives. Motivé par les mécanos, Marcel a repris la piste et est revenu à un tour et demi de la Porsche au prix d’une attaque de tous les instants. Voyant cela, André l’a relayé plus motivé que jamais et est parti le couteau entre les dents. La force de notre équipage, elle vient de nos mécanos, de notre équipe ! Ce sont eux les déclencheurs ! »

Mes trois émotions-clés de la semaine

Larmes de peur

« Je ne pensais pas être un jour aussi anéanti par un accident. J’aime beaucoup Loïc Duval, mais je n’imaginais pas me sentir aussi proche de lui. J’ai très mal vécu sa sortie de piste, et les minutes qui ont suivi. Son papa se trouvait à l’hospitalité Audi avec Mélanie, mon épouse, lorsque l’accident a eu lieu. Il ne savait pas de quel pilote il s’agissait, et c’est Mélanie qui lui a annoncé avec beaucoup de précaution que c’était Loïc. Je l’ai vu arriver dans le stand pour obtenir des nouvelles, et je suis aussitôt venu vers lui pour le rassurer. Cependant, nous ne disposions encore d’aucune information. J’ai pris sur moi. Il fallait absolument que je reste fort pour lui remonter le moral. J’ai pris la radio de Loïc pour avoir des nouvelles et appris qu’il parlait, que ça allait, qu’il serait conduit au centre médical pour des examens approfondis.

Allan [McNish] s’est montré extraordinaire avec le père de Loïc et l’a complètement pris en charge. Il est resté avec lui, l’a emmené voir son fils au centre médical. À ce moment, bien qu’entouré des mécanos, je me suis retrouvé terriblement seul. J’ai pensé à Gaëlle, son épouse, et à ses petits. J’ai demandé à André de l’appeler car, dans ces moments là, je suis complètement nul, je m’effondre. André a trouvé la force, et les mots justes. Puis, les nouvelles sont devenues très rassurantes. Sauf que je n’étais pas dans mon assiette et l’écurie l’a remarqué. Leena m’a dit de prendre mon temps, André allait me remplacer. Je l’ai remerciée pour son attention, mais je lui ai répondu que je devais surmonter tout cela et que la meilleure façon restait de faire mon boulot ! En deux minutes, j’ai retrouvé la force qui m’avait abandonné, et suis remonté dans la voiture… »

Larmes de rage

« Notre rythme était bon. Nous étions rapides, mais conservions une marge de sécurité. Nous ne lâchions pas grand chose à la Toyota de tête, et pensions nous retrouver en bonne position le lendemain matin. Dans la nuit, nous avons senti que quelque chose était en train de se produire. Une espèce de sérénité s’est installée. Après l’abandon de la n°7, nous avions trois tours d’avance, et gérions la course. Et puis, d’un seul coup, le « KO », le turbo qui flanche. L’incompréhension. J’ai alors cru revivre le cauchemar de 2013 avec l’alternateur qui casse alors que nous avions tout sous contrôle. À ce moment, j’ai failli baisser les bras. J’étais effondré. Je suis allé me coucher sans avoir la boule au ventre, persuadé que c’était fini pour nous.

Au réveil, nouvelle surprise. André était en piste et attaquait comme un malade, tandis que moi, casqué, j’étais prêt à le relayer. Nous étions tous suspendus aux lèvres des hommes de Michelin concernant la bonne tenue des gommes. Devait-il passer par les stands ou bien poursuivre ? Après trois arrêts reportés, j’ai fini par monter dans la voiture avec pour mission d’aller au bout. Là, tu te dis que tout peut arriver : un mec qui se loupe et qui t’embarque, ce genre de choses. Il m’a fallu quelques tours pour me détendre mais, après, ce fut le pied intégral. La voiture était super performante. Dans le dernier tour, j’ai alors repensé à tout ce que j’avais vécu dans la semaine. »

Larmes de joie

« Comme dans le dernier relais d’André, la caméra embarquée ne fonctionnait plus, je pensais que personne ne pouvait me voir. Je me disais que même si j’allais chialer dans l’ultime tour, personne n’en saurait rien… J’évoluais dans une espèce de plénitude. J’aurais voulu hurler façon Sebastian Vettel après une victoire, mais je ne pouvais pas. J’étais ému, simplement ému. J’ai pensé à Michel Raffaelli qui a toujours été avec moi au cours de ces 24 Heures et à qui je dédie cette victoire. J’ai voulu retenir mes larmes mais, dès que j’ai ouvert la bouche pour remercier l’écurie, je n’ai pas pu. J’entrecoupais mes phrases de longues pauses pour essayer de me contrôler. À un moment, je me suis dit : « Tant pis, comme personne ne me voit de toute manière, je chiale… » Sauf que la caméra avait été réparée entre temps !

Lorsque je suis arrivé dans la voie des stands et que j’ai vu André et Marcel, je me suis dit que c’étaient eux qui auraient dû couvrir le tour d’honneur tant ils sont allés au charbon après la casse du turbo. Ils sont montés sur la voiture, et m’ont donné des coups sur le casque. J’ai vu le Docteur Ullrich grimper également, et tous m’ont fait signe d’avancer. Sauf que ces voitures ne sont pas conçues pour rouler doucement. C’est bête mais je me suis demandé comment j’allais faire pour ne pas tous les envoyer valdinguer. Tu passes vraiment par plein d’émotions dans cette allée des stands. Les mécanos, les commissaires, toutes les écuries sont là et t’applaudissent. C’est un sentiment énorme et tu te dis que c’est vraiment génial de faire du sport. J’avais juste envie de sortir de la voiture pour prendre tout le monde dans mes bras.

En 2011, lors de notre première victoire, nous avions vécu quelque chose de tellement extraordinaire que je pensais qu’il serait impossible de revivre un tel moment. En 2012, c’était un succès historique, le premier d’un véhicule hybride, mais il ne s’était rien passé de vraiment marquant. J’avais été ravi de gagner bien sûr, mais cela n’avait pas été pareil puisque nous avions lutté contre l’autre Audi. Cette année, les émotions de 2011 sont revenues. Avec André, Marcel et tous les mécanos, savoir que nous allons encore pouvoir goûter à de telles sensations nous motive encore plus. J’ai eu un doute au cours des deux dernières années, mais je ne l’ai plus désormais. Oui, on peut vivre ces émotions fortes plusieurs fois, et nous n’allons pas nous en priver… »

À peine remis des frissons de la victoire dans la Sarthe, Benoît se rend ce week-end (21/22 juin) à Spa-Francorchamps pour participer à la manche du championnat de France FFSA GT organisée sur le circuit ardennais. Le désormais triple vainqueur du Mans en profitera pour préparer au mieux les 24 Heures de Spa où il fera ses grands débuts à la fin du mois prochain (26/27 juillet).

Tréluyer retrouvera ensuite les joutes du Championnat du Monde d’Endurance FIA à l’occasion des 6 Heures du Circuit des Amériques, quatrième épreuve de la saison, qui se dérouleront à Austin aux États-Unis du 18 au 20 septembre. L’événement sera diffusé en direct sur Eurosport, Motors TV et le site officiel du WEC FIA..

Retour haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour vous apporter la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.